Fraternités, franc-maçons et révolution

Didier Convard a préfacé le premier album d’une nouvelle série Fraternités qui sort chez Delcourt. Rien que de très normal quand on sait l’attachement passionnant et passionné de Convard (Le Triangle Secret) à la franc-maçonnerie, clé de voûte de la série.

Fraternités Dans la famille Baudecourt on est non seulement journaliste, éditeur de journaux mais aussi franc-maçon. Mais en 1792 ce n’est pas simple. On se prépare à voter la mort du roi Louis XVI avec la bénédiction du futur Louis-Philippe surnommé à l’époque Philippe Égalité. Les Baudecourt publie Fraternités, un journal qui ose dire la vérité et c’est dangereux pour des politiques manipulateurs qui n’hésite pas à tuer un proche des Baudecourt. Des pamphlets anti-maçonniques circulent et les fils de Baudecourt sont montés contre leur père. Si on y ajoute un doute sur la filiation de l’un des deux fils on a un volcan prêt à exploser en pleine révolution.

L’attrait prioritaire de cet album est le dessin de Ramon Rosanas qui a signé un des volumes de WW2.2 chez Dargaud. Clair, net, riche, son trait est l’un des plus prometteurs de ces dernières années. Rosanas travaille sans extravagances et on le suit case à case. Jean-Christophe Camus a écrit le scénario. Découpage précis, texte intelligent qui lance une piste sur ce que devrait être la liberté et la justice, sur ce que sont les idéaux franc-maçons si souvent mal compris ou accusés. Reste que le fond de l’intrigue concernera un public déjà au courant ou ayant des bases sur le sujet.

Fraternités, Tome 1, 1792, l’ordre guillotiné, Delcourt, 14,30 €

1792, l'ordre guillotiné