René Goscinny, au-delà du rire c’est à Paris du 27 septembre au 4 mars au mahJ

Une exposition pour retrouver l’un des plus grands auteurs du 9e art. On ne présente plus René Goscinny mais à l’occasion de la commémoration des quarante ans de sa disparition, le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme en partenariat avec l’Institut René Goscinny présente la première rétrospective consacrée au cocréateur d’Astérix et du Petit Nicolas, René Goscinny (1926-1977) Au-delà du rire. L’exposition se tient du 27 septembre 2017 au 4 mars 2018. Le vernissage est prévu le 26 septembre.

René Goscinny, au-delà du rireIl n’aurait jamais dû nous quitter en 1977. Pas la peine de revenir sur les circonstances de sa mort. Le génie, le talent de René Goscinny aura profondément marqué la BD que ce soit comme scénariste comblé d’Astérix, du Petit Nicolas ou de Lucky Luke que comme découvreur de talents ou patron de Pilote qu’il portera à bout de bras sans en être vraiment récompensé en particulier en 1968. L’exposition rassemble plus de 200 pièces (œuvres, planches et scénarios originaux, documents inédits issus des archives Goscinny) conjuguant approches chronologique et thématique. Cinq cents millions de livres et d’albums vendus dans le monde, des œuvres traduites en cent cinquante langues, une centaine d’adaptations cinématographiques. Mais qui connait vraiment la personnalité très secrète, réservée de Goscinny ?

Albert Uderzo et René Goscinny
Uderzo et Goscinny. Institut René Goscinny ®

On découvrira la créativité géniale de celui qui a donné à la culture française l’une de ses plus belles révolutions culturelles, qui fit passer la bande dessinée du statut de « publication destinée à la jeunesse » au rang de « neuvième art ». Parodies, calembours et traits d’union métaphysiques forment le versant le plus célèbre du style d’un écrivain pour lequel l’histoire, la langue française et l’enfance ont été des sources d’inspiration et des moteurs de création constants. Mais au-delà du rire fédérateur, l’exposition montre à quel point la culture Goscinny, héritière du judaïsme d’Europe orientale, s’est enrichie au croisement des exils argentin et nord-américain, sans jamais cesser d’être nourrie par le pur classicisme de la tradition française. L’exposition est accompagnée de conférences et de rencontres, ainsi que d’un programme pédagogique. Son catalogue est co-édité avec les éditions Hazan.

Le parcours de l’exposition auquel a collaboré comme conseiller scientifique aussi bien Aymar du Chatenet que Didier Pasamonik a été mis en scène par l’agence Clément Farell. Les principales étapes du parcours sont : Le phénomène Goscinny, Les Beresniak et les Goscinny, Une enfance et une adolescence argentines (1930-1940), Les échos de la guerre (1940-1944), Survivre à New York (1945-1951), La première vie d’un scénariste (1951-1959), Les piliers d’une œuvre, Pilote, laboratoire et journal idéal (1959-1974), Le zetser et le philosophe. A voir aussi : Uderzo, Morris, Sempé et Tabary : quatre complices de René Goscinny.

De nombreuses animations, conférences, ateliers sont prévus dans le cadre de l’exposition.

Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme
Hôtel de Saint-Aignan
71, rue du Temple, 75003 Paris
01 53 01 86 65 info@mahj.org
Mardi, jeudi, vendredi de 11h à 18h, Mercredi de 11h à 21h, Samedi et dimanche de 10h à 19h

René Goscinny
Un autoportrait signé Goscinny. Institut René Goscinny ®
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (5 vote(s), moyenne: 4,40 étoile(s) sur 5)
Loading...
En lire plus sur: