Ambre Gris, le tome 2 clôture la course folle du Belespoir

Avec le premier tome il y a un an, Michel Durand nous avait embarqué sur la trace de l’Ambre Gris, à la chasse à la baleine. Une vraie réussite que vient conclure un tome 2 encore plus fort et maîtrisé où les destins se nouent irrémédiablement, tragiques et mortels sous le crayon du Montpelliérain Michel Durand qui s’envole au fil des pages et sur l’océan déchaîné.

Ambre Gris La folie a frappé le capitaine Masquelier, atteint de grosse vérole. Au milieu du XIXe siècle, l’ambre que l’on prend sur les baleines se vend une fortune. Pierre Masquelier est obsédé par le sperme de baleine qui lui redonne sa virilité et lui permet d’abuser de la brune Jocelyn, son jouet sexuel, seule femme à bord, qui est la fille inconnue de l’aumônier. L’abbé Grégoire est le narrateur des folles péripéties du baleinier. Aveugle, Masquelier jure à l’équipage qu’ils vont faire la grande pêche, quitte à aller chasser sur les eaux des baleiniers de Nantucket, une île au large de Boston. L’abbé va enfin révéler à Jocelyn les secrets de sa naissance mais la révolte gronde à bord alors que la navire arrive parmi les cadavres des baleines qui flottent ensemble, harponnées par les marins de Nantucket. Pas de pitié pour les voleurs de haute mer.

Il n’y a pas de rédemption possible pour Masquelier, ni pour Jocelyn, ni pour le Belespoir. Chacun ira au bout de sa course mortelle, de sa folie ou de son destin sans issue. Ce n’est pas un hasard si l’abbé remet le récit de son voyage à un certain Melville. A chacun d’imaginer la suite. Michel Durand a tenu toute la course du Belespoir, a peaufiné son style qui explose au fil des pages. Il s’était confié à Ligne Claire pour la sortie du premier tome.

Ambre Gris, Tome 2, Glénat, 13,90 €

Ambre Gris