Les Enfants de la Résistance T6, le STO déchire la France

Une série qui ne recueille que des éloges et a conquis le public, les Enfants de la Résistance en sont à leur sixième épisode. Une chronique pointilleuse à l’heure d’un petit village français, de la guerre et de l’occupation allemande. Avec bien sûr trois ados qui résistent en secret, à leur façon, contre collabos et troupes allemandes. Benoît Ers, avec un trait ligne claire séduisant et évocateur, poursuit sa parfaite mise en images très lisible. Vincent Dugomier, on en avait parlé avec lui, maîtrise son scénario et ses jeunes héros en acteurs actifs d’un réseau en contact avec Londres. Avec les deux garçons, il y a une jeune Allemande qui fuit le nazisme et dont les parents ont disparu. On est dans un environnement au ton juste qui évoque cette fois le STO, sans fausse note qui a aussi une grande valeur pédagogique dont les enseignants se sont rendu compte. Tant mieux.

Les Enfants de la Résistance

La triple écluse a été bombardée sur les informations François, Eusèbe et Lisa continuent leur surveillance alors que l’Allemagne a déclaré une guerre totale. Tout va être sacrifié, peuple compris, à l’effort militaire. Mais c’est une première défaite à Stalingrad pour le régime nazi. Les Allemands ont besoin d’importer des travailleurs étrangers. Le STO, service du travail obligatoire, se met en place. Beaucoup de jeunes Français ne veulent pas y aller. Les avis divergent entre collabos favorables au STO car la France est pour eux partenaire de l’Allemagne face au bolchévisme. Certains vont tenter de contacter la Résistance pour y échapper et rejoindre des maquis sans réaliser parfois ce que représente cet engagement. François sait que Lisa et Eusèbe sont amoureux et le leur dit bien qu’un peu triste. Les trois ados préparent un lâcher de tracts contre le STO qui va porter ses fruits.

Désobéir !

Évoquer le STO n’est pas simple. Tous les cas de figure sont recensables en la matière, de l’acceptation au volontariat, aux rafles, arrestations avec envoi en Allemagne, du refus avec planques à la campagne, le départ au maquis qui sera une des raisons de l’agrandissement rapide mais mal maîtrisé des forces de la Résistance. Reste que l’image même du STO est ambiguë. Déportés du travail ou pas ? Le titre de déportés leur sera refusé à juste raison. L’album traite aussi des enfants juifs cachés, des actions de la Milice qui sera pour certains réfractaires une opportunité mais stupide et criminelle. Tout est juste dans ces Enfants de la Résistance. La documentation est passée au crible et le dossier historique pédagogique en fin d’album en font un merveilleux instrument de mémoire depuis le début d’une série qui fait date.

Les Enfants de la Résistance, Tome 6, Désobéir, Le Lombard, 10,95 €

Désobéir !