Changing Ways, mutation terrifiante

Horreur, terreur, angoisse, la totale. De quoi pas fermer l’œil si lecture nocturne de ce Changing Ways, condensé de La Nuit des morts vivants, Walking dead et autres lectures joyeuses signées Stephen King. Une famille, la mère, le père (un brin traumatisé) et la fille jeunette au look de Carrie vont prendre la fuite quand ils commencent à comprendre que ce qui se passe dans la campagne avoisinante n’est pas vraiment normal.

Changing Ways Des cochons qui bouffent tout, idem pour les chiens, des papillons à cercle rouge, des marques qui apparaissent sur leurs torses, leurs facultés décuplées, ça craint. David, le papa qui a tué dans la prison dont il était le gardien le meurtrier de son fils, a peur des rumeurs de maladies contagieuses dont parle les médias. Sa femme est enceinte avec sur le ventre une marque sanglante. Un voisin se suicide devant David qui découvre que les gens se transforment en zombies devenus cannibales. Comme les atrocités commencent la police ne croit pas David et le met en prison. Évasion et fuite éperdue malgré le FBI et les zombies affamés.

Du lourd avec en plus un dessin sur fond uni, jaune, rose, vert ou bleu. Justin Randall lance une série qui devrait fonctionner tant la force du scénario est puissante même s’il revisite des classiques. Une sorte de retour aux sources. Du gore pur et dur avec une part psychologique à découvrir peu à peu qui double l’effet terrifiant. Justin Randall a déjà signé 30 jours de nuit et Silent Hill.

Changing ways, Tome 1, Mutation, Delcourt, 14,95 €