Dans la Paume du Diable, infiltration sans filet pour Lawford

Dans la Paume du DiableL’après-guerre à Hollywood où règne en maître Bugsy Siegel, truand notoire (et authentique) qui va bientôt investir dans Las Vegas. Pour l’heure c’est dans le cinéma qu’il fait fructifier son argent. Par tous les moyens comme il va le rappeler à Howard Hughes. D’où l’opération clandestine d’infiltration que va mener un riche héritier californien entré au FBI. William, fils du producteur Peter Lawford (il a existé, connu comme acteur et membre du clan Sinatra) doit tout faire pour être approché par Siegel et être recruté. Dangereux et surtout sans que la police de Los Angeles ne se doute de quelque chose. Il travaille en solo et sans filet.

Mathieu Mariolle a repris une histoire assez connue, au moins quant au destin de Siegel. Hollywood sous la coupe des grands truands et de la mafia, rien de neuf. Le côté original réside dans le personnage du héros, William, pris entre tous les feux dont celui du seul flic intègre de L.A.. Kyko Duarte assure bien au dessin. Un regret, que l’ensemble soit parfois complexe à suivre. Deux albums sont prévus au total.

Dans la Paume du diable, Tome 1, L’usine à rêves, Glénat, 13,90 €