Johnny Red T2, le diable rouge

Il est de retour Johnny Red sous la plume de Joe Colquhoun au dessin et de Tom Tully au scénario. C’est bien l’auteur de la Grande Guerre de Charlie qui est aux commandes du Hurricane de Johnny Red, pilote de la RAF,  arrivé par hasard sur le front Russe. Un grand-frère de Battler Britton dont les aventures épiques et très dures sont éditées en France par Delirium. Dans ce tome 2, Johnny Red est devenu le Diable Rouge et la terreur des nazis.

Johnny RedRed a rejoint les survivants de l’escadrille soviétique des Faucons, un ramassis de pilotes aussi hétéroclites que les avions sur lesquels ils volent. Red a une blessure à l’œil et se trouve dans le collimateur du commissaire politique qui commande la base. Pour démontrer que l’un de ses pilotes a voulu l’abattre, Red doit l’affronter en combat aérien. Son chef d’escadrille, Alex, est descendu et Red devrait le remplacer mais c’est un as russe au bout du rouleau qui prend la place. Déserteur de l’armée anglaise, Red voit avec angoisse des pilotes britannique rejoindre son escadrille.

On est sur fond de seconde guerre mondial mais avec une utilisation plus vague du contexte que dans Charley’s War pour 14-18. Il n’en reste pas moins que Johnny Red est un héros atypique, sans pitié, paumé dans un milieu où il vole par passion mais où sa vie ne tient qu’à un fil. Red ne fait pas dans la dentelle et ses frères de combats sont autant d’éléments politiquement incorrects. Il y a bien sûr, avant tout, le dessin de Colquhoun, superbe, précis et fougueux. Le tout est sans répit, bourré d’action et de rebondissements.

Johnny Red, Tome 2, Le Diable Rouge, Label Delirium, 22 €

Le Diable Rouge