Les Omniscients, la mémoire universelle

Vincent Dugomier (Les Enfants de la Résistance) se lance dans une nouvelle série comme il nous l’annonçait dans sa dernière interview. Avec Les Omniscients, nouveau titre fort des éditions du Lombard, ce sont une poignée d’adolescents qui se retrouvent, en un clin d’œil, détenteurs du savoir absolu, universel. Tout sur tout, avec mises à jour en prime, leurs cerveaux sont devenus la plus grand bibliothèque au monde mais ce n’est pas sans passer inaperçu. Avec conséquences et risques à la clé. Renata Castellani a rejoint le projet pour le dessin. Une série qui démarre en trombe à New York et dont les héros vont, dans ce premier tome, se rassembler. ligneclaire.info publie le preview de l’album le 9 juin.

Les Omniscients Le papier ou les parchemins sur lesquels le savoir est inscrit depuis des millénaires se détériore, disparait. Des connaissances perdues à jamais. En se réveillant le matin avec des acouphènes, James comprend de suite qu’il est capable d’expliquer scientifiquement le phénomène et de répondre à toutes les questions possibles les plus savantes. Idem pour Jessica dont le père est handicapé. Albert au collège, déjà brillant, constate lui aussi qu’il sait tout mais qu’il n’est pas le seul. Il le sent. Il faut qu’il retrouve les autres. Quant à Amber, elle ne comprend pas ce qui lui arrive et pense au suicide car on ne la croit pas. Mais il faut aussi, pour elle, se rendre à l’évidence. Trois d’abord puis cinq, les Omniscients vont avoir à affronter ceux qui aimeraient bien les utiliser comme source d’armes potentielles, FBI en tête. A moins qu’un certain professeur Schweitzer n’intervienne.

Les Omniscients

Une mise en place rapide, nerveuse avec des héros aux réactions diverses mais obligés de faire cause commune, Dugomier a crée cet univers à la demande de l’éditeur sur un synopsis de Desberg. De l’efficace grand public avec des surprises, un environnement à la fois SF et réaliste, des gentils et des méchants, des interrogations sur le pourquoi et le comment du don, on est vraiment dans une série bien balancée qui se lit d’une traite. La dessinatrice Renata Castellani a parfaitement adopté ce monde et a le trait efficace, souriant aussi, décontracté qu’il fallait. Un côté Jules Verne en fait, Club des Cinq, à notre époque, qui ouvre des horizons de protection du patrimoine étonnants.

Les Omniscients, Tome 1, Phénomènes, Le Lombard, 12,45 €

Phénomènes