Le Spectateur, l’œil était dans la tombe

Un acteur quasi invisible, muet à la naissance, incompris et solitaire, un enfant puis un adulte qui va tracer sa route dans un monde dont il se détache sans qu’on sache vraiment pourquoi en témoin plus ou moins passif de sa propre vie. Le Spectateur de Théo Grosjean est une œuvre toute en finesse, intelligente et émouvante à la sensibilité exacerbée. Un trait délicat lui aussi à la hauteur de l’émotion soutenue que dégagent pages et histoire. Le Spectateur est nominé pour Quai des Bulles à Saint-Malo 2021.

Le Spectateur

Samuel nait en silence, pas de cris du bébé. Ses parents ont du mal à comprendre pourquoi il se tait, toujours alors qu’il est en bonne santé. Samuel ne se montre pas mais regarde à travers les cases, les pages, le lecteur est ses yeux. Mais cela ne va pas l’empêcher de montrer qu’il est bien là. Il est doué pour le dessin Samuel quand il montre son père Antoine en train de tromper sa mère Samantha. Joli croquis. Crash en vol et Samuel va chez sa mamie où il joue avec un piaf crevé. Il met tout le monde mal à l’aise et se retrouve à vivre avec sa mère qui passe sous une voiture. Retour au père complètement jobard, découverte de sa belle-mère qui a un fils voyou. Il se retrouve dans un institut dont l’un des enfants, Yacine, joue la comédie de la folie. Yacine va aussi traverser la rue sans regarder.

Un enchaînement sous mutisme, un Samuel qui subit, constate et en réalité créé. Un artiste qui peu à peu installe son propre univers, arrive à éveiller les sentiments des autres, les faire réagir mais pas obligatoirement les siens de façon soutenue. L’œil est dans la tombe car les accidents de la vie font le ménage autour de lui qui pourtant va devenir une star. Samuel est différent ou pas ? Question dont la réponse n’est pas évidente mais un album qui a une vraie exigence d’une rare originalité.

Le Spectateur, Noctambule Soleil, 18,95 €