Le voyage au « Kongo » de Conrad

Kongo
Le voyage de Conrad au Congo

Ce sera sûrement l’un des albums phare du prochain Salon du Livre à Paris. Le voyage d’un certain Józef Teodor Konrad Korzeniowski (il abrégera plus tard son nom en Jozef Conrad) a toutes les qualités des grands moments de BD. Conrad signe un contrat de trois ans pour aller conduire une sorte de gros caboteur au Kongo (avec un K à l’époque). Ce qu’il verra, le racisme auquel il sera confronté, la bêtise des blancs face aux noirs le marqueront à jamais. Conrad est très attaché à sa jeune tante restée en Belgique. Tout au long de ce périple colonial il ne cessera de lui écrire, fantasmant même une relation avec elle.

Trafiquants en tout genre, des armes à l’ivoire ou aux humains, aventuriers sans scrupules capables d’abattre ou de fouetter un indigène comme un animal, Conrad tentera d’intervenir mais usé par le pays, par la maladie et en fait une mauvaise conscience bien compréhensive, il finira par rentrer au pays. Conrad signera avec ce voyage l’une des ses œuvres les plus connues, Au cœur des ténèbres qui sera adaptée au cinéma par Coppola et Herzog. Chritian Perrissin a remarquablement écrit son scénario en gardant toute l’authenticité et les détails de Conrad. Quant au dessin de Tom Tirabosco, fort, expressif, mais aussi évocateur, au trait souple et ferme, il est le second point fort de ce Kongo de près de deux cents pages.

Kongo, Le ténébreux voyage de Józef Teodor Konrad Korzeniowski, Futuropolis, 24 €

Le ténébreux voyage de Józef Teodor Konrad Korzeniowski