Rumble, un épouvantail à l’humour noir

En voiture Simone. Il a vraiment une drôle de tête le type. On dirait même un épouvantail. Sauf que son coupe-choux est aiguisé. On ne lui demandait rien et voilà qu’il vient mettre la pagaille dans le patelin. Rumble, bagarre ou grondement en anglais, c’est un comics qui ne fait pas dans la dentelle comme on dit mais a de l’humour. Noir bien sûr.

RumbleUn bar bien calme et l’épouvantail débarque. Il a des comptes à régler et personne ne croit le barman Bobby qui a assisté à l’affrontement. Comme il a récupéré l’épée perdue par le sac de paille il a réveillé quelques vieux démons qui aimeraient bien la piquer et faire sa fête à l’épouvantail. La guerre est déclarée. Un chat devient un éléphant et l’épouvantail coupe en tranches ses ennemis qui sont nombreux et venus de la fin des temps. Son corps peut changer de propriétaire.

Le côté décontracté est le premier attrait de cette saga d’héroïque fantaisie très enlevée. Il faut bien suivre l’histoire au risque de se laisser parfois distancer.  Graphiquement James Harren fait dans le brillant avec des monstres déjantés sur un scénario de John Arcudi délirant à souhait. L’épouvantail a malgré tout une bonne bouille et le sens de la répartie. Il faut se laisser porter par l’action et on ne le regrette pas. Une série qui commence bien.

Rumble, T1 La Couleur des ténèbres, Glénat Comics, 15,95 €