Le Prince de la Nuit T8, Kergan se rebelle

Yves Swolfs nous en avait parlé à Gruissan, et Timothée Montaigne aussi. Ils se sont associés pour le retour du Prince de la Nuit dans un diptyque. Kergan et sa mentor Arkénéa vont avoir des ennuis dans leur repaire près de Kiev. Un flash-back sur les débuts de ce vampire hors-normes que Swolfs a conduit, scénario et dessin jusqu’à ce tome VIII d’un nouveau cycle. Timothée Montaigne en assure désormais le dessin. Dans Anna, le vampire  jusqu’alors dans la plus pure tradition du genre, a des états d’âme et doit se battre en rusant face à des politiques qui veulent éradique son genre. 

Le Prince de la Nuit Il fait ses courses Kergan, assoiffé de sang. Le prince Vladimir règne sur la région. Kergan se fait admettre dans une auberge et en profite pour tuer trois jeunes filles. Mais la plus jeune l’a vu et prévient les gardes. Quand il revient dans sa cachette, Arkénéa l’injurie. Il les met en danger. Oleg, leur valet, va les protéger du jour pendant qu’ils reprennent des forces. Un prêtre est persuadé que ce sont des vampires qui ont frappé et demande son aide au prince qui lui accorde pouvoirs et une équipe spécialisée. Mais Vladimir doit aussi se méfier des ambitions de Sviatopolk, son neveu, qui veut le chasser. Il prépare une attaque du palais et en secret entretien une liaison avec Anna, fille du seigneur Malanov. Ils sont découverts par Vassili amoureux éconduit d’Anna qui va conseiller à son amant de consulter une voyante avant d’attaquer le prince. C’est Arkénéa qu’il va voir.

Kergan se laisse aller à de doux sentiments pour la jolie Anna. Un petit coup de dents et le tour est joué. De l’action, des combats, des traîtrises, des vampires, on est bien dans l’esprit initial de la série entretenu par Swolfs. Kergan a soif, en plus, d’indépendance. Timothée Montaigne a réussi, après Le Troisième Testament, Julius, une belle prise en main du dessin sans le dénaturer tout en lui apportant sa propre vision efficace. La fin dans le prochain tome et pas de certitude pour la suite de la série.

Le Prince de la Nuit VIII, Anna, Glénat, 14,50 €

Anna