Abyssinie, Alessandra éternel voyageur

Hormis son talent d’auteur, dessin, illustration, histoire, Joël Alessandra a au moins une autre qualité. Il ne triche pas. Il se livre cœur et âme dans des ouvrages dont il est le seul maître inspiré et franc. C’est encore le cas avec Abyssinie, une traversée dessinée. On aura beau dire que dans ce journal de voyage c’est peut-être un héros de fiction qui balade ses guêtres sur les sables des déserts éthiopiens, il n’en reste pas moins que Joël Alessandra lui ressemble beaucoup. Alors chemin de croix, de reconquête ou d’espoir, de découverte, d’initiation ? Un peu de tout ça avec des rappels littéraires dont celui qui a marqué bien de jeunes lecteurs, Josef Kessel, des Cavaliers à Mermoz, Tous n’étaient pas des anges, Le Lion ou dans le cas d’Abyssinie, Fortune Carré.

AbyssinieQuand tu aimes il faut partir. Alessandra cite Blaise Cendrars. Et il part, lui ou son héros, loin de cette Claire qu’il aime et qu’il espère reconquérir. Comment correspondre ? Par des lettres, des dessins, des photos qui vont scander ce voyage, cette quête. Arrivée à Djibouti, ex TFAI. Avant lui Henry de Monfreid, Rimbaud et Kessel sont passés par là. Djibouti est-ce en Afrique ? Maisons coloniales, boutres en bois pour La Croisière du hachich. Des extraits de textes illustrés, le désert, Tadjoura, les gorges de Gongouta avec Kessel. Rimbaud ce sera à Harar et toujours ces lettres, ces aquarelles, ces dessins. L’Éthiopie, Addis-Abeba, le souvenir du Negus qui a résisté aux Italiens envahisseurs. Le lac Thana et pas loin les sources du Nil.

La Corne de l’Afrique pour cette mélodie romantique en couleurs et en prose, l’éternel retour, Joël Alessandra y glisse aussi sa part de poésie, son sens aigu de la beauté des paysages ou des femmes. Souvenirs de lectures, ceux d’un Corto, envoûtement garanti par ces lieux mystérieux et chargés d’un passé d’aventure qui fait encore rêver malgré les pirates de haute mer d’aujourd’hui. Le dessin est plein et entier, à la fois doux et violent. On a envie de suivre la piste avec Alessandra sous l’œil chaleureux de Kessel retrouvé.

Abyssinie, une traversée dessinée, Paulsen, 24,90 €

Une traversée dessinée