FRNCK, la préhistoire une affaire de voyelles

Franck est un orphelin un brin teigne qui va se retrouver projeté en pleine préhistoire. Et en plus impossible de se faire comprendre des autochtones. Ils ne connaissent pas les voyelles. D’où le titre de cette nouvelle série prépubliée dans Spirou, FRNCK. Il ne va pas y croire Franck au monde préhistorique. Un parc d’attractions peut-être ? Olivier Bocquet a écrit ce divertissement sympathique ou Franck n’a plus de portable, de réseau ou d’ordinateur. Brice Cossu est au dessin assez influencé manga et au trait vif. Franck va-t-il réussir à s’en sortir avec un couteau suisse ?

Quand il apprend qu’il va encore être présenté à des parents adoptifs en puissance, Franck se décide à fuir son orphelinat. Il va être aidé par son vieux copain jardinier qui lui avoue que c’est lui qui l’a trouvé bébé et lui confie un curieux coquillage en lui offrant aussi son couteau suisse. Franck s’échappe mais poursuivi par un chien il se réfugie dans une grotte où va se construire un parc d’attractions. Mais il tombe dans un lac et se retrouve dans une jungle luxuriante où un tigre veut le dévorer et de curieux habitants vêtus de peau de bêtes se servent de lui comme appât. Et si il était vraiment dans la préhistoire ? D’autant que le vocabulaire des indigènes semble limité aux consonnes.

Une série distrayante, amusante et on se soute que Franck va devenir copain avec les gentils de la bande. Tout en servant de ses connaissances du futur pour faire face aux problèmes. Quelques méchants anthropophages et des prénoms rétros pour un premier mot commun à tous très symbolique, merde alors. De l’humour, une ambiance décontractée, un joli dessin de Brice Cossu, la préhistoire a du bon.

FRNCK, T1-Le début du commencement, Dupuis, 9,90 €

Cossu ®