Xavier Coste, à la découverte de l’envoûtant Arthur Rimbaud

RimbaudOn a toujours des idées reçues en tête. Xavier Coste en brise une, celle d’un Arthur Rimbaud poète pas rigolo certes mais génial et pas considéré, au moins dans le Lagarde et Michard, comme un authentique cinglé, ange destructeur de ceux qui l’entourent. On savait aussi que Verlaine dont les sanglots longs… et Rimbaud étaient très proches. Mais pas au point de vivre une passion destructrice dont Rimbaud est le maître d’œuvre impitoyable. Enfin il y a l’autre Rimbaud, le colonial en quelque sorte, qui usera sa vie en Afrique, persuadé qu’il est un aventurier destiné à faire fortune.

Coste a accompli un tour de force. Son Rimbaud à multi faces est fascinant, un jeune Rastignac sans pitié qui aligne les mots comme personne, écrit, envoûte, méprise, use et abuse. Un poète maudit, on l’a souvent dit. Coste va plus loin. Son bouquin, son roman noir, n’occulte aucun détail. Rimbaud est un désespéré contagieux, un mal élevé par une mère difficile qui pourtant sera la dernière personne qu’il appellera à sa mort.

Rimbaud est un héros qui n’a rien de romantique si ce n’est ce côté de dandy suffisant.De lui il reste un nom universellement connu et ses poèmes qui de son vivant ne lui ont pas rapporté un centime. Et à moins d’être obtus on doit lui reconnaître un talent à nul autre pareil.

Rimbaud, l’indésirable, Casterman, 22,50 €