Olympia, les filles d’Arsène Lupin sont de retour

Elles reviennent les voleuses, les montes en l’air dignes filles d’Arsène Lupin, Carole, Alex et Sam sont nées sous les crayons d’un autre trio, Vivès, Ruppert et Mulot. Après La Grande Odalisque, le braquage du Louvre et la mise en parenthèse de Carole, on passe à un autre cambriolage improbable où les filles vont se faire des sueurs froides. Dans Olympia, elles ont comme objectif des tableaux dont celui de Manet qui donne son nom à l’album.

OlympiaSam et Alex sont sur un coup au Musée de l’Armée. Sauf que Alex se lance sans préparation dans le braquage d’une bijouterie. Ce qui commence à déplaire à Sam. Elles se lancent dans leur coup aux Invalides et ramène le butin, un casque, lors d’une rencontre qui tourne mal avec le fils d’un parrain de la maffia. C’est Carole qui les sort du pétrin et le trio se reforme pour de nouvelles aventures. Grande nouvelle, Carole est enceinte ce qui ne change rien à ses habitudes. Le papa parrain dont elles ont un peu tué le fils les retrouve et leur impose contre leur vie de voler trois tableaux dont Olympia de Manet sous la surveillance d’un tueur, Antonio. Commence alors pour les quatre mousquetaires une drôle de balade sous les verres du Petit Palais.

Excessivement sympathique le trio à qui les créateurs a donné humour et répondant. On suit cette aventure avec plaisir car enlevée et créatrice. Beaucoup d’idées et d’ingéniosité dans le scénario. Le dessin est classique, déluré pour ce six mains d’auteurs. On le reconnait sans peine. Des rebondissements, du suspense, une bonne série B bien calibrée avec des passages dignes de James Bond.

Olympia, Aire Libre Dupuis, 20,50 €

Olympia