Berlin T3, la guerre au bout de la route

Dix ans pour qu’on ait enfin le tome 3, Ville de lumière, ultime opus de Berlin, la trilogie de Jason Lutes. C’est l’Allemagne des années d’après 1919, de 1933, de la montée en puissance du nazisme dans la capitale du Reich marquée à jamais par le Traité de Versailles, l’humiliation, la crise de 1929. La revanche à tout prix pour retrouver la grandeur d’une Allemagne qui va s’offrir le pire, un dictateur dément en parfait état de marche. Jason Lutes, d’une ligne claire très fine, riche en détails s’accroche à des personnages connus, Adolf et sa bande, ou inconnus, héros malgré eux d’une histoire qui va mal tourner.

Berlin Hitler, Goebbels préparent leurs offensives. Reprendre la main sur les Sections d’Assaut, mettre Berlin la capitale, au plis. Les communistes sont encore maître et Kurt Severing va à une permanence du PC. Kurt est journaliste mais n’arrive pas à prendre position. Les associations de jeunes ont leur camp, Hitler ou Moscou. Et sont prêts à s’affronter. Kurt est surveillé de près. La jeune Braun vend des journaux communistes. Agressée par des SA, ses amis bien que dans les Hitlerjugend la défendent. Les rafles commencent, la vie continue, les opposants sont jetés en prison. Walter Stennes, chef de la SA, ne se laisse pas déboulonner de son poste comme le voulait Hitler.

1933, année charnière car Hitler prend légalement le pouvoir, est le début de la course à la folie partagée. La prise de conscience n’est pas vraiment, à quelques cas près, celle que l’on croit. Hitler joue sur la volonté de revanche de ceux qui deviendront ses victimes. Mais consentantes. Il y aura bien des opposants mais vite écartés par le sursaut nationaliste qui deviendra un raz de marée. Encore une fois, qui a prévu en 1933 et à Munich, que le monde était au bord du gouffre ? Qui s’y est opposé, en interne ou en externe ? Le récit de Lutes montre l’indifférence générale des Berlinois. Il faut d’ailleurs aller à Berlin, arpenter les avenues, Unter den Linden, la Wilhemstrasse, voir la Porte de Brandebourg, les bâtiment du Reich de Guillaume II qui restent, pour comprendre que Hitler n’a pas eu à forcer son talent pour conquérir l’Allemagne. Lutes a un dessin qui évoque, recrée les ambiances, les lieux et les évidences. Impressionnant.

Berlin, Tome 3, Ville de lumière, Delcourt, 19,99 €

Ville de lumière