Le Retour d’Antoinette, voyage au bout de l’enfer

Elle cache bien son jeu Antoinette. Devenue publicitaire connue, elle vit à Los Angeles avec une star mais son passé en Allemagne lui revient en pleine figure quand elle se voit sur l’image de son patelin natal passer nue à l’écran. Du coup c’est parti pour Le Retour d’Antoinette, un voyage que signe Olivia Vieweg et qui ne sera pas de tout repos.

Le Retour d'AntoinetteQuand elle débarque chez elle, Antoinette se souvient de son enfance allemande sur laquelle elle avait pourtant tiré un trait. Sa mère était un peu déglinguée et ses camarades d’école avaient fait d’elle leur souffre-douleur. Antoinette tombe sur Julia qui la reconnait et l’invite à son anniversaire où elle retrouve ses copains, ceux qui sur l’ordre de Jonathan, le pire tordu de la bande la terrorisaient. Jonathan est aujourd’hui paralysé et vit sur un lit de clinique après un accident de la route. Il a tout perdu, un juste retour des choses ?

Ne surtout pas dévoiler le suspense terrible du Retour d’Antoinette qui est un vrai coup de théâtre. On suit pas à pas cette jeune femme qui n’a rien oublié de ses souffrances d’adolescente. Olivia Vieweg part sur un récit simple et construit qui peu à peu devient noir et dramatique, tout à fait plausible. Un dessin intéressant et terriblement efficace dans cette ambiance décalée qui prend au cœur tout au long de ce voyage au bout de l’enfer.

Le Retour d’Antoinette, Emmanuel Proust, 16 €

Le Retour d'Antoinette