Thanatonautes : la mort leur va si bien

Les Thanatonautes C’est le deuxième album de la seconde époque des Thanatonautes adaptés des romans de Bernard Werber. But du jeu, aller voir ce qu’il y a après la mort, le tunnel, les anges, les âmes et autres. Une équipe de chercheurs français a réussi à le faire avec une machine et un cobaye qu’ils ont fait mourir puis revenir parmi les vivants. Sauf qu’il y a de la concurrence dans l’air avec des pays qui tentent de devancer la France dans son travail sur le sujet.

On retrouve l’équipe de choc Michael Pinson, Raoul Razorbak avec Amandine. La vie après la mort est devenue une industrie lucrative mais il faut des cobayes. Surtout quand le premier, Félix, se suicide. Ils vont découvrir qu’il y a des stades à franchir et que certains ne sont pas drôles, d’autres très sensuels. De plus le corps et l’esprit sont reliés pas une sorte de câble fragile tout bleu qui, en cas de rupture, valide la mort définitive.

Stefania sera leur nouvelle envoyée spéciale. Les religieux de tout bord feront cause commune avec eux face au mystère de la mort. Ce qui est bien dans cette série c’est que toutes les possibilités scénaristiques sont permises et Corbeyran ne s’en prive pas. Au dessin on est réaliste, clairement, avec Pierre Taranzano. La BD se lit comme un bouquin de Werber, pour se distraire et cela marche sans problème.

Les Thanatonautes, Tome 2, Le temps des pionniers, Glénat, 13,90 €