Déracinée, famille d’accueil pas toujours simple

Une famille d’accueil, c’est quoi en fait. Au moins déjà une série TV à succès mérité qui posait le problème, les bonnes questions. Pour la loi en France c’est « L’assistant familial (famille d’accueil) héberge à son domicile des jeunes en difficultés moyennant rémunération. L’accueil des enfants est, en général, de longue durée. Il doit obtenir un agrément. L’assistant familial doit également suivre une formation. Il ne détient pas l’autorité parentale. Il doit donc demander certaines autorisation aux parents des enfants accueillis ». Sur ce thème mais qui se passe en Belgique où c’est du bénévolat, Tiffanie Vande Ghinste a bâti Déracinée, Soledad et sa famille d’accueil, un album aux saveurs parfois douces amères mais sincères, tendres.

Déracinée

Bruxelles en 2012, Billie est étudiante en médecine mais se pose des questions sur la suite. Sa mère lui apprend que Soledad accueillie dans la famille veut retourner chez sa mère biologique. Elle n’est pas majeur et elle le fait avec l’accord du juge. Billie rentre chez elle où ils sont six enfants dont deux sont placés chez elle. Billie sait bien qu’on se fait de fausses idées sur les familles d’accueil. Billie confie à son père Paul ses interrogations sur la médecine. Sa mère c’est Fred. Il y a Lou, Noa accueillie à trois ans, Gabriel son frère ainé, Axel et bien sûr Soledad 14 ans avec qui c’est souvent la crise. Tous se demande pourquoi Soledad est partie. Lors de la dernière réunion avec le juge, tout s’est joué. La mère désormais stable avec un emploi a obtenu que sa fille revienne chez elle si elle le veut.

Déracinée

Tout réside en fait sur l’attachement de parents d’accueil avec des enfants qui ne sont que de passage mais qui on eu terriblement besoin d’eux. Il y a aussi le sentiment de culpabilité de ne pas en avoir fait assez, d’être dépassé. Soledad est en quelque sorte un détonateur et un désaveu. Que va-t-il se passer pour une enfant qui a besoin d’une grande stabilité émotionnelle ? Une auto fiction qui interpelle toute en émotion sur un très léger et des explications précises sur écueils, joies et peines de l’accueil. Pas simple et pourtant vital. On se tait sur assistantes sociales, juge mais le système fait ce qu’il peut. Un très beau et fort témoignage sans concession.

Déracinée, Soledad et sa famille d’accueil, La Boite à bulles, 20 €

Soledad et sa famille d'accueil