Miles et Juliette, une passion qui swingue

Miles, c’est Miles Davis, Juliette, c’est Gréco. En racontant leur belle histoire d’amour et de passion, l’excellent scénariste qu’est Salva Rubio redonne vie à une époque, celle d’un Paris d’après-guerre, où musique, littérature, peinture, chanson se remettaient des années de guerre. Avec Miles et Juliette, on se replonge dans l’ambiance déjantée des caves à jazz de Saint-Germain-des-Prés. Boris Vian sait qu’il mourra jeune. Et Miles Davis comprend qu’il a enfin trouvé le son qu’il recherche depuis toujours. Grâce à Gréco ? Pourquoi pas. Sagar (Le Syndrome de Stendhal) est au dessin. Il impose son style qui colle parfaitement à l’ambiance et à une histoire d’amour très musicale.

Miles et Juliette 1949 à New York, Mile Davis cherche Charlie Parker, Bird. Un des créateurs du be-bop. Un génie du jazz que la drogue détruit à petit feu. Bird vit le jazz comme un moyen de changer de vie. Miles prépare un album qui veut lui changer le futur du jazz. C’est Bird qui a donné sa chance à Miles mais il ne peut plus jouer avec lui, trop addict à la drogue. Quand on propose à Miles un concert à Paris, il refuse comme il refuse aussi au Duke de jouer dans son orchestre. Mais finalement, pour prendre du recul, Miles part à Paris au moment où sa notoriété décolle. Miles est un véritable moine du jazz. C’est Boris Vian qui l’accueille à Paris. Il va jouer à Pleyel. Juliette Gréco l’écoute et en tombe amoureuse.

Sartre, De Beauvoir, Giacometti, Anne Cazalis, Picasso, Gréco qui chante Si tu t’imagines, Miles est embarqué dans une vraie tourmente intellectuelle et amoureuse. Gréco et lui vont connaître la grand amour, quelques jours et s’en souviendront, en parleront toute leur vie. Que se serait-il passé si l’aventure passagère était devenue au long cours ? Lady Bird Gréco aurait-elle était une muse qui aurait permis à Miles Davis d’échapper à son destin mouvementé ? Les pages de Sagar joue sa musique.

Miles et Juliette

On aussi un souvenir ému de Boris Vian, auteur sous le pseudo de Vernon Sullivan du terrifiant et violent J’irai cracher sur vos tombes mais surtout de L’Écume des jours ou de chansons toutes en finesse comme Je suis snob. Un album qui fait du bien même si tout n’est pas rose dans cette passion qui swingue.

Miles et Juliette, Delcourt, 15,50 €

Miles et Juliette