Jour J, les Russes sur la Lune, 1969 l’URSS en tête

1969-2019, cinquante ans que la Lune a accueilli le premier Terrien. Mais Fred Duval et Jean-Pierre Pécau, avec Fred Blanchard, ont revisité l’histoire, la grande, pour Jour J dont c’est, à chaque album, l’objectif. Ils ne pouvaient pas passer à côté d’un scénario qui faisait aussi débarquer les Russes sur la Lune mais avant les USA. Mais là où ils sont astucieux, c’est d’avoir construit un récit dans lequel les astronautes des deux blocs semblent ensuite faire cause commune. Avec un résultat étonnant. Philippe Buchet est au dessin. L’album s’ouvre sur un dossier très clair des petits secrets de la course à la Lune bien illustré qui reprend depuis le début cette aventure sans égale aboutie enfin en juillet 1969. Fusées, scaphandres, LEM, Manchu, qui a dessiné la Une avec Blanchard, a aussi fait des illustrations superbes dans ce supplément qui décrit aussi les tentatives soviétiques hasardeuses mais qui auraient pu avoir du succès. Un album qui tient bien la distance, de la Terre à la Lune.

Jour J Ils ont eu un soucis les astronautes d’Apollo 11. Deux sont morts dans le LEM. Ce sont les Russes qui débarquent sur la Lune en septembre 1969. Pas content Nixon qui relance le projet US. Mais il semblerait bien que les Russes aient installé sur le Lune un moyen puissant pour savoir ce qui se passe sur Terre. La Guerre froide est relancée. On est dix ans plus tard. Les Américains sont eux-aussi sur le sol lunaire et on fait copain avec les camarades soviétiques. On fraternise sévère. Dimitri et les siens apprécient les plantations des Yankees qui eux aiment la vodka artisanale. Il y aussi une femme dans la station et elle a fait également copain avec Dimitri. Et alors ? A suivre sans oublier l’Étoile Noire, arme secrète, et autres commissaires politiques excités, ni Sasha, pilote russe un peu braque, ni non plus le Marines taré envoyé remettre de l’ordre chez les beatniks astronautes.

C’est vraiment la BD détente qui lorgne quand même avec brio sur la politique de l’époque. On retrouve Brezinski, conseiller de Carter. Il était pour serrer les vis à l’URSS. Brejnev, Poutine au moins visuellement, Eltsine, la chute volontaire du mur de Berlin, un mélange bien agencé bourré de surprise et que le crayon de Buchet met parfaitement en scène. Un des plus innovants albums de la série. A venir aussi sur le même thème une trilogie, Lune Rouge, dont on reparle très vite.

Jour J, Tome 1, Les Russes sur la Lune, Delcourt, 14,95 €

Les Russes sur la Lune !