Kraken, folie extraordinaire et maritime

Superstition, peur des autres et légendes obscures, un petit village de marins-pécheurs va vivre à l’heure du Kraken, ce montre qui rode au fond des océans et engloutit les navires ou hante les esprits. Un jeune garçon, seul rescapé d’un naufrage qui a décimé sa famille, et un présentateur télé en perte de vitesse vont faire cause commune pour savoir ce qui se passe dans le village et surtout si le kraken est ou pas un mythe. Emiliano Pagani au scénario et Bruno Cannucciari au dessin trace le portrait d’une folie extraordinaire qui va au final apporter après la mort le renouveau à toute une population.

Kraken Douggary, présentateur d’émissions à succès, est en plein divorce tout en étant mis sur la touche par la chaîne. Il voit débarquer à son domicile un jeune garçon en ciré armé d’un harpon. Il a vu l’émission sur le kraken, monstre marin, que Dougarry a traité dans un film. Damien comme l’explique sa mère au cinéaste est le seul survivant d’un naufrage dans lequel son frère et son père sont morts. Elle veut que Douggary vienne au village et l’aide à convaincre Damien qu’il fait fausse route dans son obsession. Douggary débarque au moment où, dans un filet, des pécheurs ramène vivant Damien qui plongeait à la chasse au kraken. Le patron de la conserverie Roger, un colosse, affronte Douggary alors que tous on choisit Damien, un peu simplet, comme bouc-émissaire. Douggary commence à comprendre que le village meurt de l’absence de poisson et est traumatisé par le naufrage puis bientôt la mort suspecte de jeunes enfants. Seule une jeune femme, Janet se rapproche du journaliste et lui raconte la légende du kraken qui sévirait au large du port, cause d’un naufrage terrible en 1935, et que Damien chasse inlassablement. Douggary lui avoue qu’il perdu lui aussi son fils lors d’une balade en mer.

Le suspense tient la route et les cadavres s’accumulent. Kraken ou pas, qui est à l’origine de ces morts violentes qui toutes ont la mer pour cadre. On va vouloir chasser Douggary parce qu’il approche trop près de la vérité mais de laquelle ? Bien ficelé cette chasse au monstre qui n’est peut-être pas celui qu’on croit. Surprise. Le dessin s’impose et montre un Douggary dépassé par cette folie villageoise mais qu’il va finir par comprendre. Noir et blanc, aplats, base de gris, glauque à souhait ce Kraken.

Kraken, Soleil éditions, 17,95 €

Kraken