Jo l’Indienne, à la recherche d’elle-même

On a toujours plaisir à avoir des nouvelles des éditions du Larzac qui au sein de l’association L’Herbe sous le pied travaille en faveur de l’écologie. Voici donc un nouveau titre plein de charme, Jo l’Indienne de Yvain Murmure, qui raconte un peu sa propre expérience, sa volonté de vivre autre chose, de prendre conscience d’un autre monde, d’y trouver sa place. Un trait agréable.

Jo l'Indienne

Elle ramasse des prunes, histoire de se faire un peu d’argent, pourtant titulaire d’un master et bien décidé à se mettre à écrire. Jo sait bien que ces fruits qu’elle ramasse sont couverts de produits chimiques. Avec elle toute une bande de copains, mais chaque soir Jo se met devant son cahier dans son mini-bus aménagé. Mais elle s’indigne que l’agriculteur continue à déverser ses produits sur les arbres. Pour vivre elle et sa copine vont trier les invendus de la supérette. Au retour elle percute une chouette qu’elle tue. En souvenir Jo garde une de ses plumes. Comme elle en a marre Jo prétexte la mort de son grand-père et s’en va. Elle va rejoindre sa grand-mère qui lui demande de l’aider pour les poules. Pas vraiment le trip de Jo l’Indienne qui a flashé sur la yourte construite dans les arbres par papy.

Jo l'Indienne

Une belle aventure avant tout très sensible et authentique, avec une bonne progression narrative sur un trait particulier à la légère disproportion volontaire entre visage et corps. D’où des expressions très vivantes. Elle est attachante Jo, alternative, combattive, qui se cherche, à la conscience politique ancrée dans les gènes. Et une soif d’un bonheur qu’elle mérite de trouver. Vraiment un joli portrait, celui d’une jeune femme optimiste, sensible et au cœur en balade. Yvain Murmure mérite d’avoir du succès.

Jo l’Indienne, Éditions du Larzac, 14 €

Jo l'Indienne