Le Troisième Testament, Julius V, une fin dans la fureur

Le générique de cette saga est à lui seul un must. Thimothée Montaigne au dessin, Alex Alice au storyboard, au scénario et pour la couverture sur un concept original de Xavier Dorison, le tout sur des couleurs très travaillées de François Lapierre. Le Troisième Testament, Julius est on le sait le prequel, l’épisode qui précède la série originale. On en est donc au dernier tome, le V, et il va y avoir de la fureur, des diableries, des trahisons et la mort va planer sur le Temple à Jérusalem, le tout dans des décors sublimés et réalistes à la fois, des personnages dont la fin ne sera pas douce et tranquille.

Le Troisième TestamentIl n’a pu accéder au royaume des cieux, le Sar Hasarim. Celui de la Terre lui convient parfaitement ? Pas sûr. A Jérusalem la révolte gronde. On libère les prisonniers dont Julius qui retrouve Shem. Il veut savoir où est caché le rouleau du troisième testament. Il est dans le temple gardé par un prêtre, Joad. Les zélotes et les sicaires se battent entre eux pour le pouvoir. Les Romains vont revenir. Sar Hasim sait désormais lui aussi où est le testament. Julius rejoint Gamaliel et Livia sa fille qu’il croyait morte. Elle est enceinte et le père c’est Sar Hasarim qui a menti et tué pour assoir son pouvoir. Ce que Livia ne veut pas entendre. Julius sait que Sar Hasarim se dirige vers le temple escorté par une armée de démons. Il doit retourner dans la ville et son statut d’ancien général romain va l’aider. Il retrouve Orbus qui a été son frère d’arme et conduit la Légion romaine.

Un drame à grand spectacle, des destins funestes, une passion au sens religieux du terme, ce Julius V évidemment ouvre des portes, en ferment aussi. Julius de Samarie mène la danse d’une fresque épique qui s’envole à chaque album. Le dosage des genres est savant. D’où un résultat d’une rare efficacité que l’on doit bien sûr à Alex Alice. On remarquera aussi le dessin de Thimothée Montaigne qui s’impose comme le second maître d’œuvre pour cet étonnant et bouleversant Julius.

Le Troisième Testament, Julius V, Glénat, 18,50 €

Julius V