Tin Lizzie, une balade au bon vieux temps des débuts de l’automobile

Difficile de ne pas penser à Magasin Général sauf que ce n’est pas au Québec que se passe l’action de Tin Lizzie mais dans le sud des USA. Un retour vers le passé de Jake devenu vieux à l’annonce de la mort de son meilleur ami, Rhod, un amoureux de l’automobile au début du siècle. Une joli fresque pittoresque et drôle, tendre aussi, qui se déroulera sur deux tomes.

Tin LizzieDans le train qui le ramène vers Ponchatowla, Jake se souvient qu’à onze ans il a vu arriver dans son bled perdu la première automobile. Son ami Rhod va la conduire. Commandé par le colonel, un riche propriétaire, le véhicule doit être transformé en tracteur. Une horreur pour Rhod mais une idée fixe pour le colonel qui veut que le jeune Jake, son petit-fils, hérite de son domaine plus tard. Le colonel s’absente et les ennuis commencent car bien sûr Rhod n’a aucune envie de mettre une charrue derrière sa merveilleuse automobile, surnommée Tin Lizzie, dont il va apprendre la conduite (risquée) à Jake. Les deux amis décident d’aller en voiture à New Bay, la ville voisine, où il y a la très belle Miss Kay. Si Rhod veut la séduire il va falloir qu’il gagne une course, auto contre cheval.

On voit de suite que le dessinateur Dominique Monféry a une culture et une formation Disney. Le trait est inspiré par les films d’animation des studios. Ce qui n’enlève rien à son talent et à la qualité des décors ou des ambiances. L’histoire de Thierry Chaffoin est tout autant typée et charmante sur le fond. Rhod et Jake, les deux héros sont sympathiques, l’action est bien menée avec en prime poésie et humour.

Tin Lizzie, Tome 1, La belle de Ponchatowla, Paquet, 13,50 €

La belle de Ponchatowla