MediaEntity.01, Delcourt se lance dans la (bonne) BD transmédia

Un trader qui se fait doubler, accusé d’avoir fait perdre cinq milliards à sa banque, un vieil original qui le marque d’un signe curieux, MediaEntity.01 ouvre le bal d’une machination étonnante signée par Simon et Emilie au dessin. En prime MediaEntity c’est une BD transmédia. Fini le plurimédia, on surfe sur la réalité augmentée, une version web turbomédia, des jeux de piste et un de rôle. Vaste programme mais une certitude : le premier tome a de la ressource.

MediaEntity.01

Eric Magoni est un trader qui réussit sa vie jusqu’au jour où, ayant abandonné son poste ordinateur ouvert, un rigolo fait perdre en son nom cinq milliards à sa banque. Magoni comprend vite qu’il y a magouille et tente de fuir. D’autant que son absence c’est dans le lit d’une actionnaire qu’il l’a passée. Dans sa fuite en solitaire sa route croise celle d’un clochard qui marque sur son poignet un sigle curieux. Des pigeons style Les Oiseaux d’Hitchcock lui sauvent la mise avant qu’il ne se fasse embarquer par un commando sous les yeux d’un vieux journaliste qui filme la scène. Qui est derrière cette entourloupe ?

Magoni est un jouet entre les mains d’une puissance occulte. C’est le thème de MediaEntity, un réseau social du même nom capable de tout. A qui appartiennent nos identités, nos photos, nos émotions ? A MediaEntity comme le décrit le dossier qui clôture le volume. Une réalité pas si virtuelle que cela décrite avec vigueur, clarté, efficacité par Simon et Emilie dont on aime particulièrement le dessin bien cadré, vivant.

Delcourt qui édite cette nouvelle série a joué à fond la carte donc BD transmédia. Des codes-barre, des connexions web, des nouvelles inédites, des scénarios à tourner pour faire évoluer l’histoire et découvrir la vérité, la BD passe la vitesse supérieure avec un site dédié, une page Facebook et autres si affinités.

Un constat, prioritaire, ce MediaEntity.01, l’album (64 pages) vaut le détour et qu’on attende avec impatience la suite. Un tome sera publié tous les quatre mois, une tendance dont Delcourt se fait de plus en plus une spécialité face à la demande des lecteurs impatients. Bonne idée à condition que la qualité suive.

MediaEntity, tome1, Delcourt, 13,95 €