Le Plongeon, l’été indien d’Yvonne

Prendre pour cadre une maison de retraite, un EHPAD mot devenu bien malgré lui un des repères de la dramatique actualité que nous vivons depuis presque un an, ce n’était de toute façon pas simple ni sans risque. Séverine Vidal a fait comme son héroïne, Yvonne, le Plongeon. Intervenante dans des maisons de retraite, elle en a rapporté une vraie bouffée d’émotion, d’espoir et d’amour, une belle histoire. Le Plongeon, c’est le quotidien de bon nombre de nos parents, grands-parents, le nôtre peut-être aussi un jour dans près de 11 000 établissements. Tout ce que rapporte et met en scène Séverine Vidal sur le juste dessin de Victor L. Pinel est vrai, sans outrances. Il suffit d’avoir eu à le vivre avec des proches. Une ouverture cet album, vers une réalité qui est aussi la vie et qu’on occulte beaucoup trop par indifférence ou facilité coupable. Séverine Vidal a répondu aux questions de ligneclaire dans une interview qui sera publiée le 11 janvier.

Le Plongeon

Yvonne a 80 ans, se porte bien mais ne peut plus rester seule chez elle avec son chien. A chaque pas elle s’éloigne de son passé. Elle est veuve et a fait son choix. Vendre sa maison, celle du bonheur à un jeune couple, piquer son vieux chien et aller dans une maison de retraite, Les Mimosas. Une chambre, un lit et la solitude, visite guidée, rencontre des autres pensionnaires avec une directrice perchée.Yvonne va se faire mine de rien des copains, Angelina, P.F. le séducteur, Thérèse. Elle tente de s’adapter et Youssef le soignant l’aide avec gentillesse. Des visites rares et la tristesse quand elles repartent. Séances de training mental, massage et coup de foudre, sacré Paul-François.

Le Plongeon

Des petits riens qui font tout, Yvonne c’est la rebelle qui a encore envie de vivre, aimer et même faire l’amour, à condition que sa mémoire soit de la fête. Sinon… Et puis il y a Tom le petit-fils favori avec lequel elle se rappelle les jolis moments passés, les petites joies sans prix. On regarde les albums de photos et le temps passe. Tout y est dans cet album, sans mélo. La chute aurait pu être fatale pour ce plongeon vers l’inconnu mais sans retour. Un coup au cœur qui fait du bien tout en embrumant les yeux.

Le Plongeon, Grand Angle, 17, 90 €

Le Plongeon