Turbulences, souriez quoiqu’il arrive

Plus qu’une BD d’humour, Turbulences est un reportage dans les coulisses d’une grande compagnie aérienne. Pour le fun on va parler de Air Fonce ou AF comme la nomme dans leur bouquin Anne Lambert et Baptiste Virot. Turbulences dans la collection Sociorama est certes drôle mais aussi très sérieux, histoire de ne pas nous laisser trop croire aux grands sourires commerciaux qui accueillent les passagers à bord de ces belles machines volantes. Pilotes, hôtesses, stewards, ce sont des jobs pas vraiment comme les autres, certes, mais avec leurs contraintes et leurs avantages. Retour à la réalité sur le plancher des vaches après un vol en haute altitude.

Turbulences Marion a la trouille en avion et comme elle doit partir pour le Brésil, elle flippe et se shoote au Lexomil. Au moment où paniquée elle se prépare à vaincre sa peur, l’équipage de son avion est aussi sur le départ. Hôtesses stressées par leur progéniture, commandant de bord divorcé, quinquagénaire et vieux routier des airs, stewards qui se positionnent au mieux dans la cabine, tout le monde va faire son job mais pas sans arrières pensées. Avantages sociaux, horaires, salaires, primes, hiérarchie très marquée et pas vraiment sympa, Marion ignorera tout ces tracas qui pourtant ponctuent la vie du personnel navigant. Sa réalité c’est la queue aux toilettes ou le malaise à l’atterrissage.

Des portraits justes, bien tracés, des détails intéressants sur la vie d’une compagnie, des remises à l’heure, le tout avec humour et sous le trait appuyé à la limite de la caricature de Baptiste Virot. Anne Lambert a eu sûrement des sources fiables. Bon, d’accord, piloter un Airbus 380 avec quelques centaines de personnes à bord ce n’est pas à la portée de tout le monde et ça mérite le salaire, sauf que les pilotes sont les seigneurs des anneaux qui imposent une loi dont ils risquent de faire les frais avec les vols low-coast. Pour les autres catégories navigantes, la vie n’est pas facile. Si, si, on sait. La pyramide des emplois dans l’album est significative. Cette chronique d’un vol long-courrier ne vous fera plus voir désormais les choses de la même façon. Marion n’est pas guérie mais franchement un brin tarée.

Turbulences, Casterman Sociorama, 12 €

Turbulences