Motherfucker T2, la tragique épopée des Black Panthers

Motherfucker
La ségrégation raciale aux USA dans les années 60

1965, les États-Unis se battent au Vietnam. La ségrégation raciale est toujours d’actualité sur le sol américain. Les Black Panthers, mouvement de combat révolutionnaire pour l’égalité des droits, tentent par tous les moyens de lutter contre le pouvoir blanc. On a oublié depuis l’élection de Barack Obama que le racisme quotidien, en particulier dans les États du Sud, n’avait pas été aboli avec l’esclavage et a sévi longtemps. La répression, les lois raciales, la brutalité policière, les arrestations arbitraires, l’inégalité des droits, tout cela n’est pas si ancien. Angela Davis, Malcom X, des noms repères dans le lute des Black Panthers.

Dans ce tome 2 de Motherfucker (insulte mais surnom de ralliement des membres du Black Panther) on apprend comment le mouvement a été peu à peu laminé par la police et les politiques. Le siège de leur quartier général, la mort de Douglas, l’arrestation et la condamnation de Vermont Washington, Sylvain Ricard et Guillaume Martinez ont signé un second tome très fort, pesant et explicite. La mort d’Annette Washington, épouse de Vermont, sera la conclusion de cette aventure solitaire des Black Panthers. Il faudra encore des années, l’assassinat de Martin Luther King et de Bob Kennedy en 68, le poing levé aux JO de 68 des coureurs Carlos et Smith, la chute de Saïgon en 75 pour que l’Amérique arrive à bannir au moins en apparence la ségrégation et enfin élire un président noir.

Motherfucker, Tome 2, Futuropolis, 15 €