La Porte de Brazenac, Leo et Rodophe ouvrent une faille spatio-temporelle

Leo et Rodolphe s’associent de plus en plus souvent. Kenya, Namibia, Les Mondes d’Aldébaran. Cette fois avec la complicité de Patrick Pion au dessin ils ont imaginé les aventures spatio-temporelle du baron de Brazenac qui va passer du XVIIIe siècle à nos jours grâce à une faille magique, une porte invisible.

La Porte de BrazenacIl a des soucis le baron Pierre de Brazenac. Il est pauvre, malade et truandé par son entourage. Par hasard sa route croise celle d’un honnête homme, Damien de Beltoise qui, par un soir d’orage, se réfugie dans son château. Le baron a eu des surprises depuis quelque temps. Oiseaux et plantes inconnues parsèment ses bois et deux gamins sur des vélos anachroniques jouent avec ses chiens. Curieux le baron et étonné quand son cheval disparaît à ses yeux petit à petit, avalé par le paysage. Il suit sa trace et se retrouve dans un autre monde de nos jours. Il rencontre Aima une médecin et ses enfants, manque se faire écraser par un train, roule dans une voiture et retourne chez lui ébahi. Ses ennuis vont aller en empirant, comme sa santé mais rien n’est perdu.

Une fable fantastique que cette épopée de Pierre de Brazenac panachée d’aventure et d’action. Dumas au royaume d’Arthur C. Clarke et Christin réunis, cela se laisse lire facilement. Une histoire agréable, distrayante servie par les professionnels que sont Leo et Rodolphe. Patrick Pion met le tout en scène d’un trait solide et réaliste.

La Porte de Brazenac, Dargaud, 15,99 €

La Porte de Brazenac