La mort fait danser la Javanaise

La Javanaise Pas simple de signer une œuvre dans laquelle, si le point de départ est réaliste, on dérive lentement mais sûrement vers le fantastique à l’état brut. Une histoire écrite par François Debois et Cyrus. Jeanne est la fille de Mata Hari, danseuse et espionne allemande d’origine hollandaise, fusillée par les Français pendant la guerre de 14. Après une dernière rencontre avec sa mère qui la met en garde contre des dangers qui la guette si Jeanne se rend à Java elle y part quand même. Sa mère lui donne une lettre qui lui expliquer ce qu’elle risque. En débarquant à Java, île hollandaise, Jeanne est arrêtée au moment même où une bombe explose. Elle est blessée. A partir de cet instant des forces occultes se mettent en place, des personnages ambigus s’intéressent à elle et la mort rode.

Rien à jeter dans le dessin d’Annabel, précis, rond, un peu à la Stalner. Belle ambiance de jungle, de décors coloniaux et une histoire très pointue. On s’y plonge et il ne faut pas s’en éloigner, au risque de se perdre, avant le coup de théâtre à la fin de ce premier tome. Un autre, le dernier, suivra pour tout savoir sur cette Jeanne à qui la mort va si bien.

La Javanaise, Tome 1, La fille de Mata Hari, Glénat, 13,90 €

La fille de Mata Hari