Avant-première : Tramp T11, un album de transition et un grand merci à Jusseaume

On l’attendait ce nouveau Tramp. Ligneclaire en avait montré des pages signées bien sûr par le créateur de la série qui lui doit tant, Patrick Jusseaume. Et puis Patrick a eu des soucis de santé qui déjà avait reculé le début de son dessin sur ce tome 11 de Tramp, Avis de tempête, prévu pour le 25 août. D’où ensuite, malgré toute sa volonté de terminer l’album, un passage de relais après la page 30 pour le dessin au scénariste de la série, Jean-Charles Kraehn et pour les couleurs à Patricia Jambers. Kraehn signe la fin de l’album et la couverture. Patrick Jusseaume a par contre assumé les couleurs de ses trente premières pages. Une situation non seulement difficile sur un plan graphique car le style des deux dessinateurs n’est pas vraiment en phase à tout point de vue mais aussi sur un plan émotionnel car on sait combien arrêter Tramp, contraint et forcé, est une épreuve pour Patrick Jusseaume. Dargaud a matérialisé par un avant-propos dans l’album cette situation d’exception avec une grande franchise. Les deux volets sont clairement matérialisées quand on passe de l’un à l’autre, « chaque partie a sa propre histoire ». Reste le scénario mais cela c’est aussi une autre histoire qui n’a rien à voir avec les précédentes.

TrampLe « Pierrick » vogue vers la côte orientale de l’Afrique en ce début des années cinquante. On est dans l’Océan Indien. Calec a un équipage de confiance mais aussi un curieux passager, Vermaak. A bord il y a sa femme Rosanna et la petite fille de Calec, Inès. Au cours d’une tempête une partie de la cargaison casse son arrimage et les caisses s’ouvrent. Elles sont bourrés d’armes et Calec n’est pas bien sûr au courant. Les armes ont été mélangées à la cargaison. Il décide pourtant de jouer un coup de poker en accord avec son équipage. Ils vont cacher les armes sur un ilot et faire chanter les trafiquants. Sauf qu’à jouer avec le feu on se brûle. Arrivé à Djibouti, Rosanna et Inès veulent rentrer en France. Quand les trafiquants découvrent que les armes ne sont plus dans la cargaison il faut qu’ils trouvent un moyen pour obliger Calec à les rendre et au passage le punir.

Patrick Jusseaume
Patrick Jusseaume et ses planches. Photo JLT ®

On n’en dit pas plus, suspense oblige. Tout va en fait un peu se mélanger dans cette histoire qui surfe pour ceux qui le connaissent sur les traces d’Henry de Monfreid, écrivain, aventurier qui a signé Les Secrets de la Mer Rouge. Pirates, un ancien esclave devenu un des plus puissants trafiquants de la région, bois d’ébène comme on dit surnommés « mulets », états d’âme de Yann Calec et de sa femme, rêve et cauchemars, et au total un scénario chargé qui finit un peu en queue de poisson. On passera aussi sur les pages rédigées qui concluent l’album, Tramp histoire d’un retour, justifications en forme d’interview de Jean-Charles Kraehn avec un vraiment très bref hommage à Patrick Jusseaume. On y parle des personnages du scénario, du contexte historique, de la suite de Tramp que le scénariste devrait assurer seul (un autre dessinateur à trouver serait plus sage) et de l’autre série de Kraenh, L’Aviateur, issue de Tramp : un pilote d’origine allemande rencontré en Indochine par Calec lui confie ses souvenirs écrits. Épopée de l’aviation avec des débuts en Afrique pendant la première guerre mondiale, puis l’Aéropostale, on attend la suite. Le sujet du jour reste le tome 11 de Tramp et avant tout le très grand regret au regard de ses dernières planches de l’arrêt de la série par Jusseaume à qui on dit un grand merci pour la beauté de son dessin. La vie est parfois difficile à comprendre. J-L TRUC

Tramp, Tome 11, Avis de tempête, Dargaud, 13,99 €

Avis de tempête
L’atelier de Patrick Jusseaume avec des planches terminées du prochain Tramp ®