Rencontres maléfiques, l’ineffable J.T. Meinhard

Il chasse le vampire avec son fidèle assistant M. Knox. Le professeur J.T. Meinhard a du pain sur la planche. Mike Mignola l’embarque dans deux aventures dont il signe le scénario et Warwick Johnson-Cadwell le dessin. Pas vraiment étanche le bon prof mais efficace au final dans un monde qui mélange une bonne dose d’humour et d’hémoglobine. Le duo est tout terrain et prêt à tout mine de rien.

Rencontres maléfiques

Quelle idée a eu ce vampire de venir le réveiller en pleine nuit ? J.T. Meinhard est un pro de la lutte contre les créatures de la nuit. Il a avec M. Knox un rendez-vous avec M. Higggins alors que se prépare une grande fête pour les longues canines. M. Higgins a des révélations à faire. Il a été agressé avec sa femme par un comte bizarre qui a mordu sa femme. Devenue vampire, elle a à son tour mordu M. Higgins qui depuis veut se tuer mais impossible pour un vampire. Si il aide Meinhard, le prof l’aidera. Direction le château du comte diabolique qui envoie son épouse la comtesse Golga. La suite est très surprenante. Faut se méfier de l’eau qui dort. Dans le second épisode, on ira à la découverte de la mort de Lady Ruthven et de Kurtz, le duc oublié. Un récit tout aussi loufoque parfois mais plus ésotérique.

Rencontres maléfiques

Des décors superbes, plein d’astuces graphiques, de trouvailles qui alimentent l’action, une galerie de monstres et d’alliés imprévus dans un monde gothique. On aime l’air de faux ahuri du professeur qui est cependant tout à fait à l’aise dans cet environnement horrifique. Le dessin est passionné, accrocheur et, mais oui, poétique malgré le sujet. Une découverte.

Rencontres maléfiques, Delcourt, 15,95 €

Rencontres maléfiques