Voyageur et chroniqueur Guy Delisle fait une pause le 1er décembre chez Sauramps Montpellier

Il a reçu avec ses Chroniques de Jérusalem le Fauve d’Or au dernier festival d’Angoulême. Guy Delisle, Québécois et montpelliérain d’adoption, sera en dédicace samedi chez Sauramps Polygone.

Guy Delisle
Quand un papa et auteur s’interroge. Photo JLT ®

Chroniqueur de son temps, témoin dessinateur qui a lancé le reportage BD, Guy Delisle s’était fait une spécialité du genre. De son voyage à Shenzhen en Chine, il rapportera son premier album. Il poursuivra avec Pyongyang après son séjour en Corée du Nord puis ce sera la Birmanie avec ses chroniques. Guy Delisle qui bouge souvent pour raisons familiales avec Montpellier comme port d’attache a bouclé (provisoirement ?) son périple. Dernière étape Jérusalem et son compte rendu en chroniques toujours au pied du mur érigé par les Israéliens pour sécuriser selon eux leur pays.
C’est pour cet album qu’il sera chez Sauramps. Une nouvelle édition des Chroniques de Jérusalem vient aussi d’être éditée par Delcourt dans un coffret avec un cahier spécial de croquis de 128 pages.

Guy Delisle, un mauvais père ?

Le Guide du mauvais pèreCurieux infatigable Guy Delisle va bientôt proposer un nouvel album à ses lecteurs. Et quoi de mieux qu’une sorte d’autocritique qui le montre dans le plus beau rôle, celui de papa avec un titre ambigu mais bourré d’humour quand on connaît Delisle, Le Guide du mauvais père qui paraîtra en janvier chez Delcourt.
Nul n’est parfait. Le Fauve d’Or d’Angoulême est-il un bon père ? La question se pose avec réalisme mais beaucoup de tendresse. Guy Delisle nous le dit. Il a « réalisé un vieux projet qui a vu le jour quand j’étais en Birmanie. À mon retour de Jérusalem je me suis mis à faire des dessins sur mon blog, les enfants, leur éducation, les parents ».

C’est Lewis Trondheim qui lui a proposé d’en faire un album : « ce n’est pas vraiment totalement autobiographique. Je pousse l’humour à bout tout en restant très soft. Un exutoire ce guide. Après Jérusalem je voulais être relax. Je balance sec style conversations entre parents sur leurs enfants. J’ai une sorte de plaisir coupable car je n’ai jamais autant rigolé en dessinant. J’ai repris ce qui avait paru et j’ai ajouté des dessins spécialement conçus pour le bouquin ». La méchante petite souris, qui veut jouer avec la tronçonneuse, imagine que c’est ta sœur et frappe, on en passe. Un détail : Guy Delisle n’envisage pas pour l’instant qu’Alice et Louis, ses enfants, lisent son guide. On ne sait jamais. Il pourrait le payer cher.

Dédicace à partir de 15 h librairie Sauramps Polygone Montpellier samedi 1er décembre 2012.