Passions, un flagrant délire à la Goossens

Non-sens comme disent les anglo-saxons, enfin nonsense qui veut aussi dire bêtises, grosse d’ailleurs, Daniel Goossens en est un des maîtres. Dans Passion il revisite l’amour, la passion, le coup de foudre, déraisonne et raisonne. Georges et Louis, ses romanciers héroïques remettent le couvert et se penchent sur l’adaptation des Bidoches d’un certain Gronet.

Direction les berges du Mississippi, une belle plantation de Louisiane. Robert vient faire la cour à Miss Bidoche. Clark Gable a pris un coup dans le nez et Maureen O’Hara parle de suicide à la vue du couple décrit par Georges et Louis, romanciers surréalistes. On passe ensuite à la savane. Brenda va tourner un film et assiste à une chasse au bébé, dangereux prédateur de seins gonflés de lait. Les sauvages pourront-ils apprendre à la pragmatique Brenda les secrets de la jungle ? Et de la couche culotte ? In ne vous reste qu’à continuer le périple de ce flagrant délire

Du sentiment, Goossens en a à revendre. Ses pages sont des modèles de tendresse, d’amours fous et de chevauchées fantastiques. Les héros de Goossens font dans le comique sentimental, absurde et décalé. Goossens se joue de tout, emballe la machine et plonge dans notre quotidien intello qu’il dynamite au passage.

Passions, Fluide Glacial, 14 €

Passions