Saint-Exupéry, le petit Prince de l’Aéropostale

On le connait pour son œuvre littéraire mais aussi pour son passé de pilote d’exception qui s’est achevé par une disparition mystérieuse au large des côtes françaises de Méditerranée en 1944. Antoine de Saint-Exupéry a eu une seule passion, l’aviation. Pierre-Roland Saint-Dizier lui consacre un album avec Cédric Fernandez au dessin. En parsemant son récit d’extraits de Vol de nuit ou de Terre des Hommes, Saint-Dizier retrace la parcours de Saint-Ex à l’Aéropostale, compagnie mythique où ses amis seront Mermoz, Reine, Guillaumet ou Dubourdieu.

Saint-ExupéryEn 1920, Saint-Ex s’embarque pour l’Amérique du Sud. L’Aéropostale de Daurat y est désormais implantée mais beaucoup reste à faire pour acheminer le courrier souvent dans des conditions difficiles. Dès 1926, il a rejoint la compagnie mais Daurat lui a imposé de faire ses classes de mécano comme avant lui Mermoz qui avait voulu l’impressionner. Saint-Ex rencontre Guillaumet et finit par obtenir le droit de voler. Direction l’Espagne, le Maroc et Cap Juby, le bout de la ligne qui oblige à survoler le Sahara espagnol où les Maures tuent et capturent les pilotes qui ont le malheur de se poser en panne. Gourp et Erable le payeront de leur vie. Saint-Ex vole et devient chef d’escale, lui le pilote qui va gérer la ligne où de vieux Bréguet 14 périmés font des merveilles. Saint-Ex se met à l’Arabe pendant que Mermoz rejoint Saint-Louis du Sénégal. Dans le désert un petit fennec qu’il élève va lui donner une belle idée de conte et il écrit Courrier Sud.

Saint-Exupéry était un poète, des airs certes, mais un écrivain à l’esprit qui batifolait au dessus des nuages. Il n’était pas un pilote d’exception comme Mermoz. Saint-Ex était un laborieux, un consciencieux mais sera un pilier de l’Aéropostale. Il en fallait des comme lui. Ses ouvrages sont autant de témoignages que ce soit sur la guerre que sur l’aviation de raid ou de transport. Saint-Dizier a su, et ce n’était pas simple le rendre très humain, accessible tout en racontant son rôle fondateur, sa vie de pionnier, grand parmi les grands. On plonge dans cet album à sa suite, au fil des dunes rouges sahariennes survolées par les Laté et les Bréguet, cernés par les Maures sur le dessin sans fioritures de Fernandez. Avec plaisir et émotion.

Saint-Exupéry, Tome 1, Le seigneur des sables, Glénat, 14,50 €

Le seigneur des sables