Janardana, Un Piton qui accroche

Du Jules Verne mélangé à Kipling avec une bonne dose de fantastique, une pincée d’Indiana Jones, Janardana est signé par Antoine Ettori. Une histoire au ton de grand roman d’aventures, aux pastels éclatants et aux personnages qui ont tous leurs nécessaires particularités. De la couleur, du relief, des rebondissements et des sentiments, le brave Monsieur Piton a du pain sur la planche, un long voyage à faire pour aller au bout de son destin improbable mais enthousiasmant pour lui comme pour ses lecteurs.

La facteur cherche Monsieur Piton dans un petit port du sud-ouest de la France. Piton est un bon géant débonnaire à moustache blanchie par les ans. Une force de la nature bien surpris par l’expéditeur de la missive, Dev Singh. Les souvenirs reviennent à la mémoire de Piton. Dans la lettre il y a une photo de lui en militaire et d’un jeune garçon aux Indes. Piton n’hésite pas et s’embarque direction Pondipur. Au bazar en arrivant Piton tombe sur une petite fille que deux types veulent enlever. Piton règle le problème avec l’aide de son piolet. Mais la gamine part avec son sac. Marcel Piton arrive chez le professeur Dev Singh où il est reçu par Jacqueline de Méharon. Dev a disparu et elle travaille avec lui sur des recherches archéologiques.

Janardana

Tout se met en place assez vite. On part en fait d’une situation assez classique, le retour du héros là où il a vraiment vécu l’aventure, pour lentement se retrouver dans à la fois un thriller mais aussi face à la découverte de forces mystérieuses imparables. C’est peut-être là où le scénario aurait pu contourner cette part difficile à gérer en restant plus dans le concret que dans le fantastique. Quelques longueurs aussi mais, soyons franc, on ne boude pas son plaisir. Le dessin, les couleurs, les gags car il y a de l’humour, le découpage, Piton accroche bien.

Janardana, Delcourt, 18,95 €

3.3/5 - (3 votes)