Interview : Deloupy revient sur ses Algériennes et l’actualité des éditions Jarjille

Deloupy a deux casquettes. Il est l’un des fondateurs des éditions Jarjille, maison d’édition alternative à Saint-Étienne. Il est aussi le dessinateur d’Algériennes qui, après Love Story à l’iranienne s’est fait largement remarquer par ses qualités graphiques et scénaristiques sur un sujet pas facile. Deloupy était comme chaque année au festival BD de Sainte-Enimie avec des auteurs de Jarjille. A cette occasion, Deloupy a présenté à ligneclaire.info les nouvelles sorties sous label Jarjille. Il est revenu aussi sur la conception d’Algériennes et les réactions à cet album. Propos recueillis par Jean-Laurent TRUC.

Éditions Jarjille
Les auteurs des éditions Jarjille avec Deloupy. JLT ®

Deloupy, si on faisait un petit tour sur l’actualité des éditions Jarjille ?

Entretien avec Emmanuel GuibertNous avons quatre nouveautés très importantes car ce sont des auteurs qui travaillent depuis longtemps avec nous. Dans le cadre de son doctorat, Bettina Egger a signé une rencontre avec Emmanuel Guibert et au lieu d’en faire un livre, elle a décidé de faire une BD, un entretien dessiné que l’on a mis dans la collection Autobio. On aimerait aller encore plus loin dans cette collection qui aborde des thématiques différentes. Bettina a amené aussi une nouvelle auteure chez Jarjille, Léah Touitou qui a raconté son voyage en Afrique au Sénégal et au Cameroun dans Café Touba. C’est au départ sa participation à un projet humanitaire mais les gens se désistent. Elle y va quand même et on la suit à travers ses rencontres. C’est l’Afrique vraie.

Un peu tendance l’Afrique en BD ?

Oui mais ce n’est pas un carnet de voyages au sens où on l’entend, on fait des dessins, on se balade. On entre vraiment dans ce qu’est l’Afrique aujourd’hui, qui sont les Africains, comment on y vit. On est dans une Afrique urbaine. Entre janvier et mai on a tout vendu et on a réédité. C’est la première fois que cela nous arrive chez Jarjille. Elle travaille sur le tome 2.

Café ToubaC’est un peu votre fer de lance Café Touba ?

Oui et c’est intéressant pour nous car quand on travaille comme cela avec un jeune auteur, c’est un risque. Voir ce risque récompensé par beaucoup de ventes en librairies, donc par des gens à qui on n’a pas fait l’article, qui ont pris le livre pour ce qu’il était, ce qu’il leur renvoyait, c’est bien. Léah travaille de façon tout à fait traditionnelle. Elle a beaucoup d’avenir. Ensuite il y a Ulric dont c’est le troisième livre chez nous. Tracer, ce n’est pas un récit biographique. Un quadragénaire décide de partir. Il trace la route et va aller jusqu’au bout de ses idées, comme Ulric. On est aussi dans un voyage, plus intérieur cette fois, dans sa tête. C’est le livre le plus abouti d’Ulric qui s’est bien vendu aussi.

Vous avez une distribution efficace ?

Absolument. La diffusion est compensée par des livres qui marchent moins bien. Il faut trouver une sorte d’équilibre. Jarjille est une association et on ne fait que des livres que quand on a l’argent pour les faire. Je ne suis pas salarié. On rembourse nos frais et on en touche des revenus que sur les livres que j’ai fait chez Jarjille. Donc on est sain financièrement. Ce sont les ventes qui financent nos créations. Les livres financent d’autres livres.

ZooartDernier livre enfin, celui de William Augel, Zooart, un peu la suite de Zoostrip. Les animaux prennent conscience qu’il font de l’art. L’humour de William est à son apogée. Il connait bien le milieu de l’art et est assez critique. Cela dit c’est un discours rigolo sur l’art, en strips. Très efficace. Son prochain livre sort en septembre, Le Grand méchant loup qui pue des pieds, en collection Jeunesse. Il a une vrai réflexion sur son travail. Il s’est dit que si il voulait se mettre en danger, il fallait qu’il fasse une histoire qui se suit, qui ne soit pas en strip. Il s’est adressé à Swann Meralli avec qui j’ai fait Algériennes et il lui a fait un récit autour de ce grand méchant loup, avec plein de personnages de contes. Le loup pense que les animaux ont peur de lui mais qu’en fait comme il pue des pieds ils s’en vont quand il arrive. Très réussi et sorti en septembre.

Après l’actualité de Jarjille, on passe à celle de Deloupy, la votre. Il y a eu Algériennes qui a marqué, un sujet pas simple à évoquer, la guerre d’Algérie ?

AlgériennesOui et j’avais conscience d’aborder un sujet pas facile aussi à raconter et à dessiner à cause des images évoquées. La dualité était intéressante. Je me suis appuyé sur le scénario de Swann, qui a évolué. A la base cela devait être un collectif. Quand il me l’a proposé je lui ai dit que je ne voulais pas faire Love Story à l’Iranienne, que ce ne soit que des témoignages sur la guerre d’Algérie. On a inclut beaucoup de fiction même si la part de témoignages est importante. Tout ce qui est dit est vrai mais ce n’est pas un travail journalistique. Les personnages sont fictifs. Les situations ou les faits sont vrais. Je ne sais pas combien je ferai d’album mais c’est un challenge de me demander comment j’allais résoudre les problèmes posés graphiquement, la torture par exemple, les atrocités.

Il y avait aussi le risque d’une réception plus ou moins bien comprise par le public ?

On avait pris soin de faire relire le livre à un historien pour s’éviter toute erreur possible. Swann et moi ne le sommes pas et les témoignages peuvent être soumis à caution. Il fallait montrer graphiquement l’indicible sans pour autant s’y complaire.

Vous avez eu des retours ?

Beaucoup et surtout en dédicaces. Si on choisit d’acheter ce livre, il y a un écho par rapport à sa propre histoire. Cela peut être lié à la guerre d’Algérie ou à l’Algérie. Le livre est bien pris parce qu’il y a aujourd’hui une volonté de boucher les trous du puzzle. Je ne l’ai pas eu à l’école la décolonisation. Aujourd’hui ça commence. Il n’y a pas de polémique, on ne prend pas partie et les témoignages se répondent sans donner de point de vue. On a voulu aussi qu’a la fin du livre il y ait une bibliographie importante qui nous a servi. A chacun de poursuivre sa réflexion.

Dédicace de Deloupy
Un dessin de Deloupy pour Algériennes ®