Akkad, cobayes contre aliens

Clarke a pris le parti d’ouvrir de plus en plus son registre créatif. Réalités et Mondes obliques, Rencontres obliques, Les Danois, il aborde tous les thèmes et passe à la SF avec Akkad, aux Aliens spatio-temporels qui revisitent le genre. Dans un futur proche, cinq cobayes vont être scientifiquement conditionnés pour tenter de comprendre la menace mais à quel prix. Le dessin de Clarke a évolué, plus réaliste peut-être, fort et parlant. Clarke déjà en 2018, on le disait, parlait de virus, vaccin foireux, manipulations, laboratoires prêts à tout. Prémonitoire alors que penser de ses énormes insectes venus on ne sait d’où et pourquoi ?

Akkad

Des aliens qui ressemblent à des insectes géants, des scarabées apparaissent à la surface de la Terre et bloquent la zone où ils sont après l’avoir nettoyée derrière un mur infranchissable. Aucune arme humaine ne peut les détruire. Il surgissent n’importe où empêchant toute action préventive trop tardive. Le professeur Kessler a pourtant un programme, fabriquer des petits génies pour trouver l’arme absolue. Les USA sont prêts à tout. Anton devient un cobaye comme Koko, Karim, Alao un jeune militaire et Diane. On leur a injecté des implants, un extrait d’alien, des nano-composants qui en a fait des super-héros mais mal dans leur peau. Il faut qu’ils arrivent à coincer une bestiole dans la réalité terrienne. Les cinq cobayes sont devenus des génies et s’évadent. Mais il y aura aussi dans la boucle, Sofi la Russe qui connait bien Kessler dont elle a été une des premières victimes et qui va ouvrir la traque.

Akkad

Il y a bien sûr une question primordiale dans ce récit, l’éthique qui est remise à plat. Doit-on tout se permettre ? Utiliser des cobayes sans la moindre réserve ? Les victimes vont-elles prendre la place des bourreaux. Dans un interview Clarke fait référence au film de Paul Verhoeven, Starship Troopers, insectes géants face aux humains, un hommage. Mais ce sont des malins les scarabées. Et les cinq doués aussi. Reste l’intrigue et l’énigme car il y en a une. Très astucieuse.

Akkad, Le Lombard, 17,95 €

Akkad