On Mars T3, retour à la case départ

On sait qu’avec Sylvain Runberg on fait rarement dans le joyeux, si ce n’est dans le bonheur ou le happy end. Donc on n’est pas vraiment surpris par le déroulé du tome 3 d’On Mars, Ceux qui restent, qui boucle le triptyque. Mais cela n’enlève en fait rien au récit et à la force humaine de ces perdants déportés sur une planète hostile devenue une prison. Runberg avait redistribué les cartes dans le tome 2, mélangé les influences avec toujours un arrière-plan politique, social, religieux, extrémiste, sa spécialité. Jasmine l’héroïne n’a plus rien à perdre dans cette révolution où tout peut se gagner ou se perdre sans oublier les surprises de dernières heures, autre spécialité de Runberg. Grun au dessin est parfait, réaliste et chaleureux dans son trait au demeurant d’un excellent réalisme.

On Mars

L’église Syncrétique et son chef Rosas recrutent et son proche de leur objectif, s’emparer de la colonie martienne. Amour à mort, une devise qui ne recule devant rien. Jasmine a décidé de le combattre et il faut qu’elle puisse s’allier avec les siens aux forces de sécurité dirigée par Sophie Bercken. Elles sont flics toutes les deux même si Jasmine a été condamnée à la déportation. Yasmin arrive à la salle des machines qui alimente en chaleur la cité. Les combats commencent et les drones de défense sont inactifs. Jasmine s’est alliée aux Solitaires. Mais il lui faut des renforts si elle veut se sortir de la salle des machines. Partout dans la colonie, les religieux progressent et tuent au nom de leur religion.

Ceux qui restent

Une histoire dense, riche et parfaitement maîtrisée par Runberg et Grun. On peut y voir aussi une métaphore de l’avenir de la Terre à travers celui exporté par les humains sur Mars. Ce qui est d’autant plus intéressant au moment même où Mars s’ouvre à de nouvelles découvertes après l’arrivée sur la planète de Persévérance. On ne dit rien de plus sur cette trilogie martienne qui a vraiment de belles qualités narratives, graphiques. Une super-production, c’est vrai qui prend aux tripes et lance un avertissement.

On Mars, Tome 3, Ceux qui restent, Maghen éditions, 16 €