Mandela et le général, la paix avant tout

On se souvient peu aujourd’hui que la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud, la libération de Mandela a failli provoquer une guerre civile aux conséquences incalculables. Dans Mandela et le général, on découvre comment deux hommes que tout aurait dû séparer, opposer, ont réussi à faire parler avant tout leur désir de vivre en paix, d’éviter un bain de sang dont personne n’aurait pu prévoir l’issue. Constand Viljoen, ancien commandant en chef de l’armée sud-africaine, un extrémiste blanc, va rencontrer Mandela et renoncer à un action armée contre le pouvoir légal en place. C’est John Carlin qui a écrit le texte très documenté. Il était correspondant au Cap, journaliste, ami de Mandela. Au dessin Oriol Malet qui rend compte page après page avec un dessin sans fioritures inutiles de cette page d’Histoire sans équivalent.

Mandela et le généralQuand Mandela est libéré après presque trente ans de prison, ce n’est pas le bonheur dans la communauté blanche qui a dirigé d’une main de fer l’Afrique du Sud sous le régime raciste et ségrégationniste de l’Apartheid. Constand Viljoen, général qui a fait une brillante carrière militaire et atteint le commandement suprême est à la retraite. Beaucoup le considère dans la communauté blanche comme un recours des Blancs contre les Noirs. Attentats, exactions de part et d’autre, meurtres, la situation empire. Mandela sait que la violence ne résoudra rien. Il faut convaincre. De Klerk négocie avec lui et l’ANC. En 1993 le second de Mandela, Chris Hani est abattu. Mandela évite le pire mais Constand Viljoen accepte d’aider les extrémistes blancs qui veulent reprendre le pouvoir par la force. Mandela, finalement jouer d’échec brillant, propose à Constand Viljoen de le rencontrer pour aller vers la paix. Constand Viljoen accepte. L’entretien entre ces deux hommes honnêtes va permettre d’éviter la guerre civile. Constand Viljoen va être considéré par les siens comme un traître. En mars 1994, la résistance Afrikaner est mise hors jeu. Des élections libres vont avoir lieu.

Passionnant, l’Histoire en direct, c’est un album qui mérite largement d’être lu. D’abord parce que il éclaire des évènements qui ont porté au pouvoir Mandela alors que rien n’était joué. Et qu’il rend hommage à un homme, Constand Viljoen, qui a compris que son pays passait avant son ressenti ou ses idées préconçues. Une leçon importante pour les politiques. On se souvient que Mandela avait renoncé volontairement à la présidence au bout d’un mandat. Constand Viljoen fera de même comme député. Certains en France, et ils sont nombreux, pourraient en prendre exemple.

Mandela et le général, Seuil Delcourt, 17,95 €

Mandela et le général