Sous Terre, c’est tout un monde

Il est très rare qu’un album qui se veut didactique se laisse lire comme un très bon roman d’aventures. C’est le cas de Sous Terre de Mathieu Burniat (auteur du remarquable Dodin-Bouffant), associé à Marc-André Selosse comme conseiller scientifique. Hadès dieu des enfers a décidé de passer la main et d’aller faire la fête avec ses copains sur l’Olympe. Mais il lui faut un successeur et il organise une sorte de Koh-Lanta mais pour des astucieux aux neurones bien en place même avec états d’âme. Tout va se jouer sous le sol et apporter aux lecteurs des informations pertinentes, vraies et bourrées de savoir. Le tout sur un dessin parfait qui ajoute son punch à cette aventure souterraine passionnante.

Sous Terre

Immortel, très riche, maître d’un territoire immense, Hadès n’attend que vous pour cause de retraite imminente. Suzanne qui a seize ans répond à l’annonce mais surtout pour qu’Adès fasse revenir à la vie le copain qu’elle a perdu. Elle n’est pas la seule et les candidats sont légion. Tous revêtus d’une combinaison spéciale pour mieux survivre sous Terre, Hadès comme dans un jeu TV leur annonce la couleur. Le vrai visage des enfers est déjà un bon début, pas joyeux. Et un hologramme va les suivre pour leur présenter les épreuves. Tous ont désormais 5mm de haut ce qui va rebattre les cartes face aux bestioles qui grouillent. Ils vont tous vivre un véritable enfer pour acquérir les badges qui leurs permettront de ne pas être éliminer où d’y laisser leur vie. Suzanne se rapproche de Tom qui a son âge et a bien travaillé le sujet des enfers. Première étape, une taupe qui a la vue basse mais les dents longues.

Sous Terre

On passe les pages en se disant qu’en fait on en sait que peu de choses sur ce sol et cette terre qui nous soutient. Les champignons, ceux qu’on ne voit pas, sont les rois du milieu. On apprend aussi que l’agriculture a bouleversé la donne. La matière organique, le recyclage de l’eau, l’alimentation des plantes, des animaux, les engrais chimiques qui dévastent l’écosystème, on a aussi des frissons d’angoisse car la réalité n’est pas la fête et le pire est déjà là. Mathieu Burniat sait décrire, attirer l’attention avec précision et humour aussi, mélanger les genres. Il faut savourer cette initiation indispensable à notre vie sous terre qui ne peut être dissociée de notre avenir. Un album qui devrait être conseillé au collège.

Sous Terre, en partenariat avec le Muséum national d’histoire naturelle, Dargaud, 19,99 €