La Nuit Mac Orlan, à la recherche du roman perdu

Si le nom de Pierre Mac Orlan parle à la plupart, rares sont ceux capables de citer le titre de ses ouvrages. Romancier de l’aventure avec Le Chant des équipages ou auteur fantastique, de BD avec Frip et Bob, de textes érotiques, de Quai des Brumes, de chansons, Mac Orlan a inspiré Arnaud Le Gouëfflec et Briac. Leur album, La Nuit Mac Orlan, est une digression toute en finesse sur les ambiances chères à l’auteur, appuyée sur un dessin qui ne peut que séduire et accrocher le lecteur avec Mac Orlan en personne comme témoin.

La Nuit Mac Orlan Marin termine sa thèse sur Mac Orlan. Quand un libraire de Brest lui annonce qu’il possède une œuvre inconnue de Mac Orlan, Marlin part le rencontre mais se fait agresser par son hôte. Dès lors, Marin va aller de rencontre en rencontre. Teuz peint sur les murs et aide Martin à trouver une carte mystérieuse qui semble indiquer un trésor. Mais c’est sans compter avec l’inspecteur Bourrel (rien à voir avec Raymond Souplex), au costume couleur sang et au look à la Raymond Devos. Le Docteur Problème donne une clé à l’affaire et Marguerite conduira tout ce petit monde à une fête macabre. Quelle sera la fin de cette aventure à la recherche du roman inconnu ? Arnaud Le Gouëfflec est imprégné de Mac Orlan. Il a su avec talent adapter son récit aux ambiances de l’auteur de La Croix, L’Ancre et la Grenade (à lire pour avoir déjà une vue rapide sur Mac Orlan). Les couleurs, les aplats, les traits soulignés de Briac sont envoûtants. On est dans la nuit brestoise aux côtés de Marin, malmené et indécis, manipulé mais récompensé. Un très bel album, intelligent, esthétique, qu’il serait dommage de manquer.

La Nuit Mac Orlan, Sixto Éditions, 15,90 €

La Nuit Mac Orlan