Le Sentier de la guerre, une femme de conviction chez les Indiens

Toujours le western mais cette fois avec un personnage qui change du cow-boy solitaire ou du vengeur impitoyable. Un peu de fraicheur dans un monde de machos avec une femme peintre, bien née, qui va prendre faits et causes pour les Indiens voués aux massacres ou à des réserves mouroirs. Dans Le Sentier de la guerre T1 Marc Bourgne qui sera à la Biennale de Nîmes 2018 est cette fois au scénario et c’est Didier Pagot qui est au dessin de cette fresque forte dans laquelle on retrouve les plus célèbres chefs des tribus du grand ouest américain.

Le Sentier de la guerre1868 dans le Dakota, attaque indienne d’un bateau sur la rivière sous l’œil de Sitting Bull chef des Sioux. Au Congrès le député Myers veut régler le problème par la force. Mais c’est au contraire un effort de paix que souhaite l’assemblée avec un traité. Diane, fille de Myers, est peintre reconnue de la bonne société de Washington mais ne rêve que de partir vers l’Ouest dessiner les Indiens et leur mode de vie. Elle s’accroche avec son père qui lui annonce qu’une rencontre avec les Indiens hostiles à Fort Rice va avoir lieu. Diane décide d’y aller. Elle rencontre Missouri, un trafiquant en tout genre et lui demande comment se faire accepter par une tribu indienne. Pas possible selon lui. Pourtant le 2 juillet 1868 elle se rend à la cérémonie où Missouri lui explique que les Indiens sont trompés.Il demande à Red Leaf, fils d’un chef, si Diane peut les rejoindre pour un temps. Accepté et Diane s’installe dans la tribu. Elle rencontre Sitting Bull qui voit ses dessins et lui dit qu’elle a du talent. Il décide qu’elle sera son ambassadrice vers d’autres tribus pour montrer qui sont vraiment les Sioux. Une nouvelle vie commence pour Diane mais non sans dangers.

Prise entre deux cultures, Diane va faire des choix dont amoureux car il y a bien sûr Red Leaf mais aussi Missouri. Le tout sur fond de guerres indiennes, de rupture familiale malgré un retour triomphal à Washington grâce à ses tableaux sur l’Ouest. La suite se sera pour le tome 2 mais on s’attache avec beaucoup de facilité à cette jeune femme courageuse qui est le fil rouge romanesque du destin tragique, du génocide des Indiens d’Amérique du Nord. Un très bon duo Bourgne-Pagot au dessin enthousiasmant et dans le ton. Scénario très élaboré et instructif.

Le Sentier de la guerre, Tome 1, Fort Buford, Glénat, 13,90 €

Fort Buford