On sème la folie, Laurent Bonneau pour un hommage à l’amitié

Il était l’un des auteurs conviés aux deux jours de la Rentrée littéraire des auteurs du printemps 2018, qui ont eu lieu récemment à la Médiathèque Émile Zola à Montpellier. Laurent Bonneau qui vit à Narbonne vient de publier On sème la folie, une belle histoire d’amitié entre cinq garçons qui à l’aube de la trentaine font à la fois un bilan sur leur vie mais aussi sur les liens qu’ils ont conservés envers et contre tout. Laurent Bonneau est un auteur rare, spontané, au beau graphisme que ligneclaire a interrogé tout au long d’un débat de cette rencontre à Montpellier. Retour sur un album qui est autobiographique, un hommage comme dit Bonneau « à la vie, à l’amour, à l’amitié ».

On sème la folieIl est dessinateur Laurent, auteur de BD et s’interroge sur son travail. Qui est-il ? Est-ce que on ne sème que quand on s’aime ? Allan, Julien, Aurélien, Thomas et Laurent, ils ont trente ans. Allan et Julien surfent. Aurélien vit en Allemagne. Laurent veut écrire leur histoire et pour cela il faut qu’ils se réunissent. Tout le monde sur le net et le rendez-vous est pris. Ils ont déjà voyagé ensemble mais cette fois c’est le temps des bilans peut-être. Souvenirs au bord de l’océan dans une maison qu’on leur prête, les cinq amis se retrouvent. Les vacances au quotidien, c’est le début. Faut-il être bien dans sa peau pour apprécier la beauté ? Donc, si oui, certains ne la ressentiront jamais ? Aurélien rejoint ses copains. Raclette et on évoque le passé, le bac. Marche sur la plage, on parle de la famille, des petits frères. La vérité de chacun est à fleur de peau.

Laurent Bonneau signe une œuvre qui est une réflexion à la fois psychanalytique et philosophique. Sans forcer cependant la dose. On reste dans l’authentique, le vécu, l’envie d’avoir un enfant, de transmettre la vie. Son trait lancé sur le papier de façon traditionnelle joue sur le noir souligné, la finesse plus ou moins accentué selon le but du portrait. Avoir trente ans est devenu pour cette génération un cap précis. Pas facile semble-t-il à passer. La réussite ? Où est la vérité ? Bonneau à qui l’on doit Et il foula la terre avec légèreté (Futuropolis) a signé un album aux ambiances riches, prenantes. On est pris par le sujet et par la tendresse qui se dégage de cette réflexion sur l’amitié, sentiment fort et nécessaire. A signaler aussi la sortie du superbe Bruxelles de Laurent Bonneau et Marie Demunter chez Des Ronds dans l’O.

On sème la folie, Grand Angle, 21,90 €

Laurent Bonneau
Laurent Bonneau à Montpellier ®