La Guerre des amants, le rouge d’abord pour l’art nouveau de la Russie soviétique

La révolution russe est la toile de fond des aventures amoureuses et artistiques de Walter, jeune Américain anticonformiste, et de Natalia, blonde communiste russe. Leur passion c’est l’art et ils se rejoignent auprès de Kandinski, un authentique maître du renouveau de la peinture dans la jeune république soviétique.

La Guerre des AmantsMais la révolution a ses faces noires, ses horreurs et ses excès. Jack Manini emmènent les deux jeunes amants sur la piste de cet art abstrait qui se veut au service du peuple. Pas facile car les campagnes russes, en 1917, sont un désert sans pitié où la famine règne. La mort est omniprésente dès qu’on s’éloigne du train spécial, L’Étoile Rouge, qui a embarqué Walter et Natalia pour leur propagande. Le rouge d’abord. Quand leur chemin croise la route de Trotski, Natalia sera subjugué par celui que plus tard Staline fera assassiner. Ils ont cette part de naïveté qui fait les vrais révolutionnaires, Walter et Natalia. Chagall, Malevitch s’affrontent dans une Russie qui devient un purgatoire. Il ne reste plus que la fuite.

Le duo Manini (Hollywood avec Malès ou Necromancy avec Nury) a su inventer une intrigue de feu où les deux jeunes gens jalonnent la route de personnages authentiques du monde de l’art. Et que dire du dessin flamboyant et émouvant d’Olivier Mangin qui a travaillé entre autres avec Gilles Chaillet. Il a, avec Natalia, donné le jour à une superbe héroïne.

La Guerre des Amants, Tome 1, Rouge Révolution, Glénat, 13,90 €

Rouge Révolution