La Farce des Hommes-Foudres, aventure grandiose

Un jeune homme qui se retrouve à Katmandou, Albertus. On est en 1959 et la Chine depuis neuf ans a envahi le Tibet. Le Népal a un jeu ambigu avec les Chinois. Ce qu’on appellera plus tard des hippies commencent à venir chercher un monde différent de celui hérité de la seconde guerre mondiale. Mais ce que ne sait pas Albertus c’est qu’il va être un petit pion de la Grande Histoire. Dans cette très brillante saga aux confins du Tibet, La Farce des Hommes-Foudres est une aventure grandiose, où romanesque et vérité se mélangent sous la plume inspirée et émouvante de Loïc Verdier avec l’aide de Matthieu Alexandre et des couleurs de Nicolas Vilet.

La Farce des Hommes-FoudresAlbertus plane souvent. Vive les paradis artificiels à Katmandou. Il est dessinateur et se lie d’amitié avec un jeune garçon. Dans une auberge il rencontre une très belle jeune femme qu’il suit jusqu’à une maison où se tient une mystérieuse réunion. Sans le savoir Albertus est devenu un témoin gênant car ce sont des résistants tibétains qui préparent une opération d’envergure. Quand la police chinoise débarque Albertus est considéré comme un espion et obligé de suivre les combattants. Les Chinois abattent le propriétaire de la maison. Avec Dolma,le jeune femme qu’a suivie le jeune homme, tous partent dans la montagne. Albertus soigne un des résistants. Il est accepté par les autres. Il va devenir le témoin puis l’acteur d’une aventure et d’une cause qu’il va finir par adopter.

Les Khampas sont des montagnards et combattants hors du commun, des cavaliers émérites à la culture shamanique. Avec eux on découvre l’aide apportée par la CIA en encadrement et en formation mis surtout en toile de fond l’évolution de pensée du Dalaï-Lama qui finira par s’enfuir du Tibet pour continuer encore aujourd’hui à lutter pour que son pays redevienne libre. Une utopie mais cet album de 152 pages, sans le moindre temps mort, certes en partie romancé, est un hommage au courage, aux croyances, à la philosophie de ces Khampas parmi lesquels Albertus va vivre une expérience hors du commun. Et le lecteur avec lui. On va même rencontrer le fils de Conan Doyle. Il faut lire cet album bien dessiné, bien mis en scène, pointilleux et bourré de vie. Cette Farce est l’un des plus chaleureux albums de l’année et on lui souhaite un vrai succès.

La Farce des Hommes-Foudres, Casterman, 22 €

La Farce des Hommes-Foudres