Dans les cuisines de l’Histoire T4, vive les Empires

Une collection savoureuse, c’est bien le moins, puisque dans les cuisines de l’Histoire, on passe à la table au moins cette fois des puissants, des empereurs et non des moindres. On a eu les Chevaliers, le Roi Soleil et pour cet ultime épisode direction Napoléon via Talleyrand, à travers chefs, inventeurs, créateurs de saveurs, de soupes. On passe au gros Louis XVIII qui met la main à la pâte, au premier guide des restaurants parisiens et bien d’autres informations méconnues pour ne pas dire totalement oubliées. Un joli travail signé au scénario par Isabelle Bauthian comme dans les précédents albums et Raphaël Beuchot pour le dessin.

Dans les Cuisines de l'HistoireComme quoi s’appeler Carême ne voue pas au jeune. Il va devenir un maître cuisinier, un pâtissier de renom et obtenir la confiance du diable boiteux, Talleyrand. Une porte ouverte vers Bonaparte, le Congrès de Vienne et ensuite l’Angleterre chez le Prince de Galles. Il est le chouchou de tous les grands du XIXe siècle. Un magicien Carême. Mais pour cuisiner comment fait-on quand on n’a pas de produits frais. Bienvenue à la conserve, à la chaleur pour conserver les aliments. On tâtonne et on y arrive. Sauf qu’il fallait penser à déposer le brevet. Appert, c’est lui l’inventeur, va être de la revue.

On passe sur les soupes Rumford pour contrer les pommes de terre de Parmentier. On y ajoute un souper où Louis XVIII joue du fourneau. Et bien d’autres anecdotes en forme de clins d’œil à cet art culinaire que l’on dit national. En prime il y a les recettes dans leur authenticité d’époque. Dumas fait de la figuration. Le dessin est joliment troussé avec un souvenir ému, celui de l’éléphant du Jardin des Plantes à Paris qui en 1870 finira dans les assiettes avec les autres animaux.

Dans les Cuisines de l’Histoire, Tome 4, À la table des Empereurs, Le Lombard, 17,95 €

À la table des Empereurs