La Femme Léopard, Spirou de Bruxelles à Saint-Germain-des-Prés

Après le Groom vert-de-gris où Spirou se battait contre l’occupant allemand en Belgique, Yann et Schwartz lui font reprendre du service. La libération et l’après-guerre ont rendu Spirou neurasthénique, touché par la disparition de son amie Audrey en déportation. Une femme panthère va lui faire reprendre goût à la vie.

La Femme LéopardEn 1946, Spirou a une fâcheuse tendance à s’abrutir dans l’alcool. Un client de l’hôtel, un colonel raciste et chasseur de fauves, est agressé par une femme en costume léopard. Elle veut savoir où sont passés deux fétiches sacrés pour son peuple. Spirou recueille la jeune femme blessée et la cache chez Fantasio. Deux gorilles géants semblent aussi à sa poursuite. Viré de son poste à l’hôtel, Spirou croit reconnaître dans une voiture un officier nazi, le colonel Von Knochen, entourés d’Américains. En fait les USA veulent récupérer les savants allemands chargés par Hitler de fabriquer la bombe atomique. Pour aider la Femme Léopard, Fantasio et Spirou partent avec elle à Paris où devrait être les fétiches. Avec eux la copine de Fantasio, une certaine Glu-Glui qui précède une autre Seccotine. C’est dans le Saint-Germain-des-Prés de Sartre, Gréco, Boris Vian que Spirou et ses amis débarquent.

Étape suivante le Congo belge. Dans ce premier tome de transition, Spirou et Fantasio reforment leur duo sur fond de griffe noire revue et corrigée par Yann. Toujours les connotations historiques et artistiques. On adore Simone de Beauvoir interroger la femme léopard sur la condition de la femme africaine. Mignonne Gréco avec Vian, marrante la chanson du Zazou à la radio. Un joyeux mélange de genre et le vilain nazi qui aura sûrement une triste fin, ce nouveau Spirou doit aussi beaucoup au dessin de Schwartz qui est avec Bravo celui qui a le mieux maîtrisé le personnage dans la lignée d’un Franquin ou de Jijé.

Le Spirou de Schwartz & Yann, La Femme Léopard, Dupuis, 14,50 €

Le Spirou de Schwartz & Yann